Notre activité


La CFDT Retraités à la pointe du syndicalisme retraité en Europe


Le congrès de la Fédération européenne des retraités et personnes âgées (Ferpa) s'est tenu du 9 au 11 septembre 2015. C'est l’occasion pour tous les syndicats européens présents d’expliquer la situation des retraités et personnes âgées dans leur pays.

Budapest a beau être une des plus belles villes d’Europe centrale, la situation des personnes âgées n’y est pas enviable avec un niveau de pension inférieur à la moyenne européenne. Et cela ne devrait pas s’arranger à court et moyen terme. Selon les évolutions de la démographie hongroise, les personnes âgées vont représenter la moitié de la population du pays. C’est ce qu’ont expliqué devant le 7e Congrès de la Fédération européenne des retraités et personnes âgées (Ferpa), la ministre en charge des personnes âgées, ainsi que les syndicats du pays.

Des enjeux communs à tout le continent

Ce congrès qui s’est tenu du 9 au 11 septembre 2015, fut l’occasion pour tous les syndicats européens présents d’expliquer la situation des retraités et personnes âgées dans leur pays. Dominique Fabre pour l’UCR-CFDT, après avoir fait un constat sévère de la situation européenne, avait choisi de mettre l’accent sur les enjeux de la période communs à tout le continent : l’augmentation de la durée de vie, les conséquences de la démographique sur le niveau des retraites, la prise en charge de la perte d’autonomie, la santé, l’inégalité de traitement entre les hommes et les femmes, pour exhorter la Ferpa à s’y intéresser.

10 millions d’adhérents à la Ferpa

Fort de ses 10 millions d’adhérents, la Ferpa « doit continuer à être un interlocuteur reconnu, écouté et entendu au niveau européen », a-t-elle ajouté au même titre que la Confédération européenne des syndicats (CES) l’est pour les travailleurs européens. La tenue, à quelques semaines d’écart, des congrès des deux organisations doit être l’occasion de réaffirmer le nécessaire renforcement de la coopération entre les deux organisations qui « doit être pleine et entière ». C’est un défi qu’affirme vouloir relever Luka Visentini, le nouveau secrétaire général de la CES.

La CFDT Retraités présente la candidature de Michel Devacht au poste de président de la Ferpa

Tout en approuvant les orientations stratégiques proposées au vote du congrès, la délégation CFDT a mis l’accent sur la relance de l’initiative citoyenne européenne (ICE), rejetée par la précédente Commission européenne. « D’un pays européen à un autre, nous constatons d’énormes différences sur la qualité de la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées. Notre devoir, à nous retraités et personnes âgées, est de rétablir une égalité de traitement et une harmonisation au sein de l’Europe. Cette ICE constitue un enjeu pour conquérir un droit nouveau pour tous les citoyens européens. Si nous ne le faisons pas, nous syndicalistes retraités, qui le fera ? », poursuivait Dominique Fabre.

C’est parce qu’elle veut contribuer à renforcer le poids et l’efficacité de la Ferpa que la CFDT Retraités a présenté la candidature de Michel Devacht au poste de président de la Ferpa qui devrait être élu lors du prochain Comité exécutif au cours duquel sera également désigné le nouveau Comité directeur où siégeront pour les organisations françaises, la CFDT et la CFTC.

Jean-Pierre Delhoménie

Dominique Fabre, Ombretta Frache, Gilbert Jérôme et Bernard Rudeau ont représenté la CFDT Retraités au congrès de la Ferpa à Budapest.

13e congrès de la Confédération européenne des syndicats

Pour la première fois de son histoire, la CES a tenu son congrès à Paris du 29 septembre au 2 octobre. 700 délégués de quelque 90 organisations syndicales nationales de 40 pays, de 10 fédérations professionnelles, environ 1 300 personnes, ont fréquenté le palais de la Mutualité. Les travaux se sont déroulés en 15 langues.
La séance d’ouverture s’est tenue en présence de plusieurs personnalités : François Hollande, président de la République ; Anne Hidalgo, maire de Paris ; Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne ; Martin Schulz, président du Parlement européen ; Guy Ryder, directeur général du BIT.

Plusieurs tables rondes ont permis des débats sur le chômage des jeunes, la COP21, les risques du dumping social… Le manifeste de Paris détermine les champs d’actions et d’interventions sur lesquels se construiront les priorités et le programme de travail de la CES. Plusieurs motions d’urgence ont été débattues et votées dont une à propos des réfugiés.

Jean-Pierre Bobichon