Nos déclarations


La CFDT Retraités dénonce les risques d’une solidarité à crédit


Le conseil national de la CFDT Retraités note que les valeurs de la couverture sociale solidaire sont reconnues par le gouvernement en ces temps de crise. Il déplore que les conséquences de la crise financière et économique se répercutent sur le dispositif de protection sociale en augmentant les déficits de façon inquiétante. C'est ce que montre le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2010.

Pour nous, il est nécessaire de préserver la qualité de la couverture sociale et son caractère solidaire. Or continuer à accumuler les déficits peut mettre en péril l’ensemble du système de protection sociale. On risque une remise en cause brutale de la sécurité sociale par des modifications importantes prises dans la précipitation. Reporter le remboursement sur les générations futures est une grave entorse aux principes de solidarité. Pour nous retraités, c’est inacceptable.

La solidarité ne peut se vivre à crédit. Il est important et urgent de mettre en place des mesures pour résorber rapidement les déficits cumulés. Une révision complète du système d’exonérations sociales et du système fiscal s’impose.

Les transactions financières, les revenus des placements et d’une manière générale les revenus les plus élevés doivent contribuer aussi aux besoins de la collectivité. Avec la confédération CFDT, nous continuons à exiger la suppression du bouclier fiscal et une progressivité de l’impôt sur les revenus plus grande et plus juste.

La CFDT Retraités exige du gouvernement la suppression des dépassements abusifs d’honoraires médicaux et des franchises médicales. Injustes socialement, ils pénalisent les malades financièrement. Ils causent des difficultés croissantes d’accès aux soins.

Le conseil national de la CFDT Retraités appelle les retraités à défendre leurs revendications notamment lors des actions intersyndicales du 16 octobre 2009.

Le 14 octobre 2009.