Notre activité


La France accueillera-t-elle les Jeux olympiques en 2024 ?


Anne Hidalgo, la maire de Paris, a officiellement lancé, en 2015, la candidature de Paris pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024, mais la capitale française va devoir se confronter à la concurrence de Budapest, Los Angeles, Rome.

À la fin du XIXe siècle, dans une France meurtrie par la défaite de 1870 et sous l’influence anglo-saxonne, le sport fait son entrée dans les programmes éducatifs afin d’aguerrir les corps. Pierre de Coubertin (1863-1937), historien et pédagogue, appelle en 1892 au cours d’une séance solennelle dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne à la renaissance des jeux Antiques.

En effet, dans le monde grec, du VIIIe siècle avant Jésus-Christ jusqu’au IVe siècle de notre ère, soit pendant plus de mille ans, des joutes sportives ont opposé l’élite des hommes grecs. Ces jeux Antiques sont étroitement liés aux grandes fêtes religieuses en faveur de Zeus et visent à démontrer les qualités physiques des participants. Ils rassemblent, sur le sanctuaire d’Olympie, jusqu’à 40 000 personnes venues de toutes les cités-états de la Grèce qui manifestent ainsi leur appartenance à une même culture et une même religion. Les athlètes vainqueurs sont considérés comme des héros et honorés même après leur mort !

Une devise, un credo

Le Comité international olympique (CIO) – qui siégeait à l’origine à Paris et est depuis 1915 à Lausanne (Suisse) – a entouré l’Olympisme de symboles forts. Les Jeux ont une devise : « Citius, fortius, altius », « Plus vite, plus fort, plus haut », un credo : « L’important n’est pas de gagner mais de participer », un drapeau avec les cinq anneaux, image des cinq continents, un serment solennel prononcé par un athlète du pays hôte, une flamme allumée à Olympie et qui brûle pendant toute la durée des Jeux et enfin un hymne. Chaque manifestation olympique donne ainsi lieu à une cérémonie ritualisée.

Le CIO a également adapté les Jeux à l’évolution du monde : les femmes y participent malgré l’hostilité initiale de Coubertin, puis ont été créés les Jeux d’hiver en 1924, les Jeux paralympiques pour les handicapés en 1960 et les Jeux de la jeunesse en 2007 où les participants ont entre 15 et 18 ans.

La France et les JO

La France s’est vu attribuer trois fois les Jeux d’hiver, dont la dernière fois à Albertville en 1992, mais les Jeux d’été n’ont eu lieu qu’en 1900 et 1924 avec pour ville d’accueil Paris. La France a postulé à maintes reprises, ainsi récemment pour les Jeux de 2012, mais au final Londres a été choisie au détriment de Paris. Et Paris a décidé, en 2015, d’être à nouveau ville candidate.
Présenter une candidature est un lourd investissement financier (60 millions d’euros au minimum pour la seule constitution du dossier) et un grand engagement humain. Cependant, Paris possède des atouts : l’anniversaire historique de 2024 qui marque le centenaire des derniers Jeux à Paris, des infrastructures déjà construites pour la Coupe du monde de football de 1998, un bon réseau de communications et de grands champions qui utilisent leur image pour mobiliser les citoyens.

Pour espérer apporter la flamme olympique à Paris, il faut franchir les étapes successives de la sélection. C’est un long et difficile marathon de deux ans, puisque la décision finale ne sera dévoilée que le 17 septembre 2017, à Lima au Pérou, par Thomas Bach, président du CIO.

Françoise Berniguet

Repères

Les prochains Jeux olympiques et paralympiques
Jeux d’été : Rio de Janeiro (Brésil) en 2016.
Jeux d’hiver : Pyeongchang (Corée du Sud) en 2018.
Les prochains Jeux olympiques de la jeunesse
Jeux d’hiver : Lillehammer (Norvège) en 2016.
Jeux d’été : Buenos Aires (Argentine) en 2018.