Actu revendicative


La bulle des intouchables


Il est des hommes et des femmes pour lesquels la moindre erreur peut avoir de graves conséquences. Que l’un d’entre eux commette une faute dans son travail et cela peut être le blâme, voire le licenciement.

Plus grave encore : qu’un smicard ait l’imprudence d’aller « récupérer » dans les rebus de son supermarché quelques produits périmés et c’est la porte.

Pour d’autres au contraire rien à craindre. Dans la haute société, on peut faire preuve d’incompétence ou avoir trempé dans d’obscures affaires de corruption, on s’en sort toujours.

Tony Hayward, ex-PDG de BP, connu pour sa gestion désastreuse de la catastrophe du golfe du Mexique vient de lancer une compagnie d’investissement énergétique.

Marc Walsh , ex-responsable des investissements immobiliers de Lehman Brothers, qui a joué un rôle important dans la chute de la banque, est devenu associé d’une société qui spécule sur les blocs d’appartements.

En France, D. Bouton, l’ancien PDG de la Société Générale, est aujourd’hui conseiller en fusion acquisition d’un groupe financier.

Et la liste est longue de ces hommes responsables de lourdes fautes qui ont pu, après avoir souvent bénéficié de bons parachutes dorés, se recaser et rejoindre la bulle des intouchables, ceux pour lesquels la justice fait souvent preuve de beaucoup de clémence.

Deux poids, deux mesures. « Selon que vous serez puissant ou misérable… » Chacun connaît la suite.

Guy Gouyet

Le forum de cet article est clôturé.