Notre activité


La commune et l’exercice de la démocratie


L’Université syndicale d’été de la CFDT a réuni, du 27 au 29 août 2019, 230 militants et responsables à Bierville (Essonne) sur le thème de « L’urgence démocratique ». Comprendre les mécanismes qui ont peu à peu fait passer cet espoir au rang d’utopie, définir les moyens d’action face à la crise profonde de la démocratie, tels étaient les objectifs de l’USE. Les signaux qui illustrent la gravité de cette crise sont multiples : désaffection pour le politique, abstention, montée des partis populistes mais aussi montées des inégalités…

Sommaire du dossier
- Élections municipales, quels enjeux pour les retraités ?
- Tous les six ans, les élections municipales sont un rendez-vous privilégié pour tous les citoyens
- Le conseil des sages
- Cantines bio
- Au CCAS les retraités ont toute leur place
- La commune et l’exercice de la démocratie
- Pour le mieux vivre à Saint-Étienne

Des élections qui mobilisent les électeurs

Cette crise affecte-t-elle aussi durement les élections municipales ? Alors que l’on constate une érosion de nombre des votants aux élections législatives depuis 2007, le pourcentage des votants aux municipales demeure stable aux alentours de 61 %. Les élections municipales sont les élections qui mobilisent le plus les électeurs. On ne peut négliger le fait que les maires conçoivent d’abord leur rôle comme devant contribuer à une meilleure vie pour tous, et pas seulement dans le domaine matériel, et comme devant préparer le mieux possible l’avenir de leur territoire et de ses habitants.

Cette conception du rôle du maire est de nature à mobiliser les électeurs. Une mobilisation des électeurs qui se concrétise par la participation aux débats avec les différents candidats aux élections municipales. « Débattre, argumenter, s’opposer, tester ses idées sont des actes de démocratie peu visibles mais indispensables », a rappelé Laurent Berger lors de son intervention à l’USE. Pour autant, tous les électeurs participeront-ils aux débats, seront-ils en mesure de le faire ? « Le vrai problème de la démocratie, c’est qu’aujourd’hui les plus fragiles en sont exclus. La précarité engendre la désaffection du politique », pointe Nonna Mayer, directrice de recherche au CNRS. Les inégalités et la précarité qui ne cessent de progresser écartent un nombre croissant de citoyens de l’exercice de la démocratie.

Vers la démocratie participative

Si le vote constitue l’acte majeur de la mobilisation des électeurs, l’exercice de la démocratie ne se limite pas au scrutin. « Pour moderniser la démocratie, nous devons donc réussir à articuler démocratie représentative par l’élection, démocratie participative et une démocratie sociale mise à mal », poursuit Laurent Berger. Dans la commune, la démocratie participative permet d’augmenter l’implication des citoyens dans la vie politique et d’accroître également leur rôle dans les prises de décisions. Ainsi, Saillans dans la Drôme (1 300 habitants) expérimente depuis les élections de 2014 un mode de gouvernance « participative et collégiale » afin de faire participer tous les citoyens à la politique municipale. Des expérimentations de ce type permettront-elles de « répondre à la demande de singularité des citoyens, retrouver l’esprit fondamental du débat : une société qui délibère et discute en permanence », comme le préconise depuis des années Pierre Rosanvallon ?

En savoir plus

www.collectivites-locales.gouv.fr
www.service-public.fr
www.unccas.org
www.interieur.gouv.fr/Elections/Elections-municipales-2020

L’abstention, symptôme de la crise démocratique.