Actu revendicative


La démocratie blessée


La torpeur estivale et le climat délétère des affaires auront-ils servi les projets du gouvernement ?

Sans coup férir, « rigueur oblige », les méfaits de l’été s’additionnent comme une liste à la Prévert.

« On » rogne sur le logement étudiant. « On » supprime 10 000 postes d’auxiliaires de vie accompagnant des enfants handicapés durant leur scolarité. « On » réduit la voilure des emplois aidés. « On » supprime le projet de représentation syndicale dans les très petites entreprises. Et « on » prépare un nouveau projet de loi sur l’immigration permettant au gouvernement de se protéger… de la Justice en réduisant le pouvoir de contrôle des magistrats.

Etudiants, personnes handicapées, jeunes en difficultés, salariés en danger, sans papiers… Quand les plus faibles sont touchés, la démocratie est blessée.

Difficile d’agir de la sorte avec les gros dossiers. Avec cette rentrée, ils ne manquent pas : retraites, dette publique, dépendance. Mais il est à craindre que les « recettes » soient les mêmes. On sait ce qu’il en est des retraites : des décisions avant la concertation, des débats parlementaires à huis clos, des injustices ignorées comme celles des pluri-pensionnés. Jusqu’où ?

Le dossier « dépendance » suivra avec, pour ce que nous en savons, la suppression de la prestation aux personnes âgées n’ayant pas de problèmes locomoteurs mais devant être aidées pour les activités corporelles et pour les repas (GIR 4 à 6)…

Quand les plus faibles sont touchés, la démocratie est blessée.

Michel Devacht