Actu revendicative


La maison de retraite dans tous ses états


La maison de retraite n’est plus ce qu’elle était.

Ce n’est ni l’enfer, ni le paradis. Hier, c’était l’hospice, le lieu pour les indigents.

Aujourd’hui, l’essentiel d’entre elles se sont transformées en établissement médico social pour personnes âgées dépendantes : les Ehpad.

La démocratie sanitaire et médico-sociale est passée par là, avec la loi de 2002 sur les droits de la personne et le vieillissement de la population.

Plongée dans cet univers méconnu et souvent décrié en 7 articles.

Dossier réalisé par Jacques Rastoul
Photos : Jacques Rastoul

Le tarif : une addition de trois prestations

Le tarif d’un établissement accueillant une personne âgée est établi sur trois prestations différentes :
- Le tarif “soins” est pris en charge par l’assurance-maladie. Il sert notamment à rémunérer le personnel infirmier et soignant.
- Le tarif “dépendance” est pris en charge par les conseils généraux, via l’aide personnalisée autonomie (APA). Il couvre l’essentiel des frais d’accompagnement des personnes en perte d’autonomie.
- Le tarif “hébergement” est pris en charge entièrement par le résident ou en partie sa famille. Il peut aussi être financé par l’aide sociale du conseil général pour les très faibles « revenus »

L’ animation et les ateliers thérapeutiques

Les ateliers en maison de retraite, animés par des professionnels et des bénévoles sont divers. L’objectif est qu’ils soient quotidiens et adaptés à la situation de chaque résident en ne laissant personne de coté. Parmi les activités : faire des pâtisseries, colorier, peindre, éplucher des légumes, sentir des odeurs, jardiner, participer à la revue de presse, regarder la télé, jouer au loto, chanter, danser, s’exprimer en groupe, raconter sa vie, bénéficier d’un spectacle ou d’une sortie organisée…