Nos déclarations


La perte d’autonomie, pas n’importe quelle loi !


Lors de la remise au chef du gouvernement, le 11 mars 2013, des trois rapports commandés par la ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, la CFDT Retraités, consciente des enjeux de société que représente le vieillissement de la population, tient à rappeler à Michèle Delaunay ses revendications et propositions.

Pour le maintien à domicile des personnes âgées, la CFDT Retraités propose :
- de soulager financièrement les personnes concernées par la transformation des réductions d’impôts pour l’emploi de personnes à domicile et pour les frais d’hébergement en crédit d’impôt (au moins pour les bénéficiaires de l’APA) ainsi que la revalorisation du montant maximum de l’aide fiscale ;
- d’empêcher la marchandisation des prestations à domicile ;
- de veiller à l’accès à des formations et qualifications pour les intervenants.

Pour le maintien des personnes âgées au cœur de la société, la CFDT Retraités demande :
- une augmentation des moyens pour les travaux d’adaptation des logements ou d’accessibilité des parties communes d’immeuble et le maintien de fortes obligations sur le flux des logements neufs.

Pour une amélioration de l’accueil en maison de retraite, la CFDT Retraités revendique :
- la diminution du coût de l’hébergement et du reste à charge des résidents ;
- l’harmonisation des règles fiscales des établissements d’hébergement ;
- le transfert de certaines charges du budget hébergement vers le budget dépendance (frais d’animation...) ;
- la socialisation d’une partie du tarif d’hébergement grâce à une contribution supplémentaire versée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

Pour une reconnaissance des aidants familiaux, la CFDT Retraités exige :
- d’assurer leur formation afin de favoriser la bientraitance ;
- de leur apporter un soutien psychologique et d’assurer des possibilités d’accueil de jour ou temporaire pour les personnes âgées ;
- de ne pas hypothéquer leur carrière professionnelle en assurant des garanties en terme de protection sociale ;
- de prévoir des souplesses d’horaire de travail en créant un compte épargne temps dédié aux aidants.

Pour améliorer la prise en charge de la perte d’autonomie, la CFDT Retraités exige des financements pour obtenir à terme, un droit universel à la prise en charge de la perte d’autonomie sans considération d’âge :
- en instaurant une majoration des taxes sur la transmission du patrimoine à titre gratuit ou par voie successorale ;
- en alignant le taux de CSG de 6,6% des retraités imposables sur le taux de 7,5% des salariés ;
- en élargissant la contribution de solidarité pour l’autonomie (CSA) à l’ensemble des revenus des non-salariés (professions libérales, agriculteurs, artisans…), à ce jour supportée par les salariés et à compter du 1er avril 2013 par les retraités ;
- en travaillant à une meilleure répartition de la prise en charge financière de la perte d’autonomie des personnes âgées entre les conseils généraux (70% de l’APA) et la CNSA (30%).

Après avoir été repoussée lors du précédent quinquennat, la prise en charge de la perte d’autonomie ne saurait être confiée aux simples lois du marché. La solidarité est une réponse à la question de l’âge. Les retraités sont prêts à y contribuer.