Actu revendicative


La responsabilité sociétale ou le développement durable dans chaque « organisation »


L'Afnor a pris une bonne initiative en organisant les premiers « états généraux de la responsabilité sociétale » au Conseil économique et social. Tout organisme décideur et employeur est concerné.

Avec 900 représentants, ces premiers états généraux sur cette nouvelle norme ISO 26000 en gestation sont un succès. Tout commence en 2001 par une initiative du Comité international des consommateurs, placé sous l’autorité de l’ISO (voir encadré). Inquiets face aux pratiques de certaines multinationales et de ses conséquences sur les conditions de travail et de vie des populations, ils demandent une étude à l’échelle mondiale par l’ISO. Il s’agit d’aller vers une normalisation sur le thème de la responsabilité sociale des entreprises.

Le principe acquis, les travaux s’engagent. En France, la commission de l’Afnor produit en 2003 un document sur « la prise en compte des enjeux du développement durable dans la stratégie et le management de l’entreprise ». Comme l’ISO l’a demandé, cette commission se compose de six catégories : pouvoirs publics, entreprises, associations, consommateurs, syndicats, enseignants, chercheurs et consultants. Dès le début, Thierry Dedieu de la CFDT est désigné pour représenter les salariés.

L’ISO 26000 pour prendre en charge ses responsabilités sociétales

Aux premières rencontres internationales, on clarifie les mots. Par exemple, parle-t-on seulement des entreprises ou plus largement de tout organisme décideur et employeur ?

On choisit la seconde orientation : on s’adresse dorénavant aux « organisations ». De même pour les mots « social » ou « sociétal ». On choisit le second car il recouvre non seulement les éléments internes de l’entreprise, mais aussi tout son environnement, jusqu’à l’acte d’achat et de consommation.

Quels sont (notamment) les objectifs de cette norme ISO 26000 ?
- Aider une organisation à prendre en charge ses responsabilités sociétales.
- Fournir des lignes directrices pour : rendre opérationnelle la responsabilité sociétale ; identifier et s’engager avec les parties prenantes ; améliorer la crédibilité des rapports et déclarations à propos de la responsabilité sociétale.
- Mettre en relief les résultats obtenus et les améliorations.
- Accroître la satisfaction des clients.

Il reste des batailles à mener pour que chaque dirigeant ou chaque politique reprenne à son compte ces principes incontournables et fasse de la responsabilité sociétale la base d’un développement durable porté par tous.

Pour approfondir les échanges Nord-Sud, la France s’engage avec la francophonie pour permettre un débat en langue française et constituer une communauté de travail sur le sujet de la responsabilité sociétale et du développement durable.

Qui gère les normes ?

L’Afnor Normalisation est l’opérateur central du système de normalisation français. C’est le représentant français aux échelons européen (CEN) et international (ISO).

Le CEN est le Comité européen de normalisation.

L’ISO est l’organisation internationale des normes.

Les normes permettent de garantir certaines caractéristiques des produits et services, notamment la qualité, le respect de l’environnement, la sécurité, la fiabilité, l’efficacité et l’interchangeabilité - à un coût économique.