Notre activité


La téléconsultation, complément de la consultation


L’objectif de la téléconsultation est de faciliter l’accès des citoyens aux soins sur l’ensemble du territoire, ainsi qu’une prise en charge et un suivi plus rapide, coordonnés entre les professionnels de santé. Elle a pour but de supprimer des déplacements inutiles, des attentes aux urgences, et de remédier à la pénurie de médecins.

Démarche à suivre (7j/7, 24h/24)

Je demande un rendez-vous à mon médecin traitant pour une téléconsultation. Je reçois un lien vidéo qui me permet de me connecter via une plateforme et je crée mon espace sécurisé. Autre démarche, je me connecte directement sur une plateforme « hébergeur agréé données de santé » qui dispose d’un agrément donné par l’État, comme « médecindirect.fr » relié à une mutuelle ou « livi.fr » ou « doctolib.fr »… ce qui permet d’être en contact avec un médecin.

Avec quels outils ?

Depuis mon domicile, je peux faire une visioconférence avec un médecin via un ordinateur, une tablette, un smartphone, équipé d’une webcam et relié à Internet. Ou depuis un lieu dédié : une maison de santé pluriprofessionnelle ou une pharmacie équipée d’une cabine ou d’un chariot de téléconsultation. Si besoin, lorsqu’on est peu familier avec ces objets connectés, on peut être assisté par un professionnel de santé (pharmacien ou infirmier). Certaines collectivités territoriales s’organisent, y compris financièrement, pour offrir ce service à leurs administrés.

Conditions du remboursement de la téléconsultation inscrite dans le parcours de soins

Le patient doit avoir été vu physiquement par son médecin traitant, dans les douze derniers mois, sauf situation particulière. La téléconsultation intervient dans une logique de suivi, alternant consultations de visu et téléconsultation qui ne peut pas se substituer totalement à la consultation. Seul le médecin traitant peut juger si une consultation à distance est préférable à une consultation en face-à-face. Depuis fin 2018, la téléconsultation (60 000 en un an), consultation à distance d’un professionnel de la santé, est remboursée par l’assurance maladie, qui garantit la qualité et une bonne organisation des soins au même tarif qu’une consultation classique mais sous certaines conditions.
Ce système exclut du remboursement les 2,5 millions de Français qui n’ont pas de médecin traitant. Ceux-ci doivent s’adresser soit à une maison de santé, soit à une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS), encore peu nombreuses sur le territoire (300 à ce jour). Pour être remboursé, il faut que le médecin fasse partie du « territoire du patient », sauf si on se déclare en vacances. Il existe plusieurs exceptions à ces règles, notamment en cas d’urgence, pour consulter certains spécialistes (ophtalmologue, gynécologue…), en cas d’absence du médecin traitant ou pour les patients de moins de 16 ans.

Quels sont les tarifs et règles de prise en charge d’une téléconsultation ?

Elle est facturée par le médecin téléconsultant au même tarif qu’une consultation en face-à-face, avec les mêmes prises en charge par l’assurance maladie et les complémentaires (minimum de 70 %, ticket modérateur, tiers payant). Les modes de paiement restent les mêmes que pour une consultation classique (virement bancaire, chèque, paiement en ligne).

Qu’en pensent les médecins ?

Les médecins libéraux bénéficient d’une aide de l’assurance maladie pour acquérir un logiciel de vidéotransmission ainsi que pour les appareils connectés. Certains sont réfractaires à cette technique, privilégiant le face-à-face.
Enfin, il est essentiel de développer l’accès au très haut débit pour garantir une couverture numérique du territoire.

Danielle Rived

La téléconsultation dans les régions

L’Île-de-France est encore la région où l’on réalise le plus de téléconsultations (56 %), mais c’est la région où le service a été installé en premier. Auvergne-Rhône-Alpes (7,9 %), Occitanie (6,2 %), Hauts-de-France (5,3 %), Grand Est (5,3 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur (4,4 %) et Normandie (3,6 %).

La consultation à distance est remboursée par l’assurance maladie.