Notre activité


La transition démographique, moteur de l’égalité homme-femme ?


Étonnant moment d’échanges initié par la CFDT Retraités, pour aborder, à l’occasion de la Journée de la femme, les inégalités hommes-femmes. Avec en exemple les situations dévolues aux aidantes familiales pour compenser l’absence de réponse en société sur le douloureux problème de la perte d’autonomie. Un moment rare, exigeant, pertinent !

Marie-Hélène a 57 ans. Toujours en activité professionnelle, elle accompagne son mari atteint d’une maladie neurodégénérative. Un deuxième métier ! Et les difficultés s’accumulent. « Comme beaucoup de femmes, je ne pourrai prétendre à une retraite à taux plein qu’à 65 ans. Je me bats pour conserver mon emploi à temps plein. Ça arrangerait tellement tout le monde que je me mette en arrêt maladie ! »

Tout est dit en quelques lignes des inégalités hommes-femmes. 3 femmes sur 10 attendent 65 ans pour avoir une retraite sans décote. Celles qui partent en retraite valident 20 trimestres de moins que les hommes. Les femmes sont presque deux fois plus souvent au Smic que les hommes. « Une situation qui évolue peu », constate François Hun.

Pour Michel Devacht, « la moitié des citoyens sont cantonnés dans un deuxième cercle, au seul motif qu’“ils” sont nés femmes ». Selon le secrétaire général de la CFDT Retraités, « il nous faut réduire à néant, dans les faits et pas seulement dans les lois, les inégalités de genre. Il s’agit de créer, à tous les stades de la vie, les conditions d’une véritable mixité ». De quoi fonder la remarque d’Ombretta Frache quand, en ouverture de la journée, elle lance : « L’égalité ne sera réelle que si on repense la place de la femme et de l’homme, dans le travail et dans toutes les sphères de la société. »

Selon Marie-Andrée Seguin, au cœur du système de retraite on trouve un mode de calcul des pensions qui pénalise les salariés précaires ou à temps partiel. « Jusqu’en 2013, il fallait encore une rémunération de 200 fois le Smic horaire pour valider un trimestre pour la retraite. La réforme de 2013 a abaissé le seuil de validation d’un trimestre, en le ramenant de 200 à 150 fois le Smic horaire. C’est une mesure de justice sociale importante que la CFDT a portée. »

Fers de lance

« Mais quand survient la maladie ou l’âge d’un proche, qui va-t-on trouver pour s’en occuper ?, plaide Dominique Fabre. Derrière la notion d’aidants, trop souvent des femmes. En France, 4,3 millions de personnes aident un proche à domicile. Parmi eux, 3,9 apportent une aide dans les tâches de la vie quotidienne. Ce sont soit les enfants, soit le conjoint. 60 % sont des femmes (la femme, la mère, la sœur) qui interviennent sans droit au répit ni formation. »

« Comment reconnaître les aidants ? », questionne Michèle Delaunay, lors d’une de ses dernières interventions publiques. Et la ministre déléguée aux personnes âgées de présenter certaines dispositions de la loi autonomie : la solvabilisation d’un droit au répit avec une aide attribuée à l’aidant, pour permettre par exemple une semaine en accueil temporaire. Les aidants qui s’arrêtent pourraient aussi bénéficier de points de retraite. On peut enfin améliorer le congé de soutien familial, actuellement restrictif. »

Mais les dispositions législatives, quelles qu’elles soient, ont besoin d’être accompagnées d’une révolution des mentalités. « Travailler et être utile, ce n’est pas la même chose. Il y a une économie en train de s’inventer qui permette une relation à l’autre. Les fers de lance en sont les retraités. Nous vivons une transformation radicale des manières d’agir, d’être utile, de faire tenir le pays », fait remarquer le sociologue Serge Guérin. « Cette activité n’est pas valorisée. Quand elle est payée, elle est mal payée. Ces métiers sont pourtant très importants pour faire tenir debout des millions de personnes. Mais ils sont totalement invisibles. Il faut donc approfondir la notion de réciprocité qui induit une réelle reconnaissance. » Chiche.

Daniel Druesne

Autour de Michèle Delaunay, pour une de ses dernières interventions publiques, Dominique Fabre et Serge Guérin.

Poser une question

modération a priori

La réponse à votre question sera apportée par un militant retraité bénévole... Merci de noter le numéro de cette fiche pour la retrouver avec la réponse...

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici