Notre activité


Laïcité, pierre précieuse de la France


Il faut se rendre à l’évidence : la laïcité a été mise en difficulté ces dernières années. Coups de butoir par les intégristes cathos qui s’opposent aux évolutions de la société contre l’avortement, et le mariage pour tous. Assassinats des 7 et 8 janvier. Au nom de l’Islam, des radicaux se permettent de régler leurs comptes contre ceux qui avaient des options de vie et de croyance opposées aux leurs.

J’ai cru longtemps que la laïcité était un fait acquis, qu’elle était gravée dans le marbre au même titre que nos droits de l’homme et du citoyen. Il n’en est malheureusement rien. Elle est en permanence remise en cause par tous ceux qui préfèrent les communautarismes, quels qu’ils soient, au vivre ensemble.

La France elle-même est aussi malade de sa laïcité. Dans un bureau de vote de Toulouse, un rabbin a été sommé de retirer sa kippa au moment d’accomplir son devoir électoral. Aujourd’hui, quelques obscurs censeurs de la RATP décident de biffer la mention « au profit des chrétiens d’Orient » sur 250 affiches du métro au motif du respect du « principe de neutralité religieuse » !

Sur le site d’information Slate.fr, Henri Tincq poursuit : « S’il y a une fracture spécifique à la France, c’est bien celle qui distingue le camp de la Révolution – identifié aux droits de l’homme, au progrès, à la laïcité – et le camp de la Restauration, du cléricalisme, de la résistance aux libertés et à la modernité. Cette sempiternelle « guerre des deux France », avait trouvé son apogée avec la loi de séparation Églises-État de 1905, dont Jaurès et Briand avaient voulu faire une loi d’apaisement.
Peu de pays dans le monde possèdent cette richesse que nos pères nous ont donnée : la laïcité. Elle est le garant de la démocratie, de la liberté, de la tolérance et solidarité.

Georges Goubier