UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre congrès


Le Pacte, un nouvel espace d’engagement 4/5


Lancé en 2019, le Pacte du pouvoir de vivre réunit la CFDT et de nombreux partenaires associatifs autour d’une volonté commune de peser dans le débat public et d’agir localement. Point d’étape lors d’une table ronde organisée le 7 juin à Valence (1).

Sommaire du dossier
 Fiers d’être à la CFDT Retraités 1/5
 Les grands moments du congrès 2/5
 En Haute-Loire, un groupe local en action 3/5
 Le Pacte, un nouvel espace d’engagement 4/5
 Questions à Benoit Prince, secrétaire général de la CFDT Retraités 5/5

C’est un ovni dans le paysage de la société civile. Le 5 mars 2019, la CFDT lançait le Pacte du pouvoir de vivre (PPV) avec 18 acteurs du logement, de l’éducation, du monde étudiant, de la mutualité, de la lutte contre la grande pauvreté et de l’aide aux migrants. Les travaux menés en commun ont abouti à une plateforme revendicative riche de 66 propositions. Depuis sa création, le pacte a fait des émules, il compte à ce jour plus de 60 organisations (voir encadré En savoir plus). « À la sortie de la crise des gilets jaunes, nous avons senti le besoin de concilier transition écologique, justice sociale et renouveau démocratique », résume Amandine Lebreton, directrice de l’association du Pacte du pouvoir de vivre. Avec pour ambition de « redonner leur place aux corps intermédiaires dans la construction des politiques publiques ».

Table ronde sur le Pacte du pouvoir de vivre
De gauche à droite : Jérôme Citron, Marinette Soler, Marie-Aleth Grard, Claude Grivel et Amandine Le Breton.

Un pacte identifié

Le pari peut sembler ambitieux en ces temps de verticalité du pouvoir, voire de crise démocratique, constatent les intervenants de la table ronde. En quatre ans, le pacte a cependant gagné en visibilité dans l’espace médiatique et le monde politique. « Le pacte est identifié, nos propositions sont reconnues, encore faut-il que les politiques s’en emparent », souligne Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart-Monde. Ce n’est pas encore le cas, comme le montre le récent exemple du Conseil national de la refondation (CNR) sur le logement. Les annonces gouvernementales qui l’ont suivi ne contenaient aucune des propositions défendues tout au long de la concertation par Christophe Robert, porte-parole du Pacte et président de la Fondation Abbé-Pierre.

Dans les territoires, les perspectives sont plus concrètes. Une dynamique se met en place. Pas moins de 35 groupes locaux se sont créés partout en France depuis quatre ans, « le plus souvent à l’initiative de militants CFDT comme cela a été le cas dès le début à Concarneau ou en Rhône-Alpes », précise Christophe Dague, secrétaire confédéral CFDT et coordinateur du PPV. Les adhérents et militants retraités CFDT s’y impliquent volontiers. « Les sujets de logement, de transport, d’accès aux soins, de pauvreté, de développement durable, sont autant de sujets qui impactent les retraités dans leur vie quotidienne », note Marinette Soler, secrétaire générale adjointe de la CFDT Retraités. Militants et associatifs apprennent à travailler ensemble dans ce nouvel espace d’engagement citoyen. Avec, à la clé, de premières belles réussites.

[Marie-Nadine Eltchaninoff

(1) Les vidéos de la table ronde sont consultables sur la chaine CFDT Retraités de Dailymotion : 1ère partie et 2e partie.

En savoir plus

le site du Pacte du pouvoir de vivre
les actualités du Pacte
les 66 propositions (au nombre de 90 depuis)
le Manifeste
les organisations signataires.

Les 35 groupes locaux sont répertoriés, possibilité de s’inscrire en ligne ; des webinaires sur les différents sujets traités par le PPV ont lieu chaque semaine, accessibles en replay.