Actu revendicative


Le Premier Ministre nous endort avec de fausses propositions


Après les dégâts de la canicule de l'été 2003, un rapport est rédigé par six groupes de travail. Un bon rapport contenant les bases d'une réelle politique du vieillissement. Mais le gouvernement n'en tient pas compte et fait d'autres propositions, comme la suppression d'un jour férié.

Suite aux dégâts causés par la canicule de l’été, le gouvernement a réuni six groupes de travail qui avaient pour mission, d’analyser les raisons qui ont conduit à cet évènement et formuler des propositions.

En septembre, la volonté du gouvernement de proposer des remèdes efficaces afin que de tels faits ne se reproduisent plus ont été largement publiés par les médias.

Les six groupes de travail ont rendu leur copie le 25 septembre. La synthèse qui en a été faite est la base du rapport élaboré qui doit permettre au gouvernement de présenter le plan Vieillissement/Solidarité dont l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) fait partie.

Un bon rapport

Pour l’UCR, le schéma de ce rapport correspond à nos demandes, il contient toutes les bases d’une réelle politique du vieillissement.

Partir des besoins des personnes, placer la personne âgée au centre des préoccupations, préserver ce qui existe et l’améliorer, prévoir les moyens financiers adaptés et les pérenniser, tels sont les thèmes de ce rapport.

Jean-Marie Palach (Inspecteur général aux affaires sociales) chargé du rapport est venu le présenter au CNRPA (Comité Nationale des Retraités et Personnes Agées), voici ce qu’il dit :

« La tonalité générale des travaux de groupe et la restitution de ce jour nous ont semblé très constructives et plurielles.
Le challenge est de transformer cette richesse exprimée en propositions pour un plan gouvernemental.
Le rapport au gouvernement s’articulera autour de cinq grands principes.

1. Partir des besoins

Il faut sortir des contraintes de financement en exprimant les besoins et en faisant ensuite débattre le pays.
La programmation tiendra compte de l’évolution démographique suivant une entrée nationale et une entrée locale, seule cette dernière pouvant répondre au souci de proximité.
Des études complémentaires seront nécessaires ainsi qu’un plan pluriannuel.

2. Placer la personne âgée au centre des préoccupations

Cela se fait en :
- Prévenant le vieillissement
- Accroissant le lien social
- Veillant aux conditions de vie en établissement
- Concevant des structures adaptées
- Augmentant la coordination autour de la personne et en tenant compte de son libre choix
- Installant du personnel formé et en nombre suffisant
- Abandonnant la notion de dépendance
- Abandonnant la notion d’âge en considérant tous les handicaps

3. Alerter les décideurs sur la préservation des acquis

- Le secteur des personnes âgées a bénéficié d’un certain nombre d’acquis tels que :
. plans d’aide, CLIC [1], SSIAD [2].
. amélioration de la qualité de service
- Il faut :
. encore améliorer et simplifier
. augmenter la coordination entre acteurs
. clarifier les attributions des acteurs

4. Prévoir les moyens d’un financement public important

- Les personnes âgées ne peuvent assumer toutes les améliorations.
- Dégager un consensus sur 2004 qui serait la première année d’un abondement national, un plan pluriannuel devant suivre.
- Donner un sens à la politique du vieillissement

5. Afficher la pérennité des actions

- Il faut donner à cette affaire la dimension humaniste et collective.
- Il faut engager un débat public partant des besoins à satisfaire et tenant compte des conséquences.

Fausses propositions

Le gouvernement avait annoncé qu’il était pressé d’avoir ce rapport puisqu’il voulait prendre sa décision dans la 2ème quinzaine d’octobre, décision que nous attendions.

Nous savons que le décalage entre les besoins et ce qui existe a un coût non négligeable, mais cela n’est pas une raison pour que le gouvernement laisse pourrir la situation. Les médias se font l’écho de toutes sortes de propositions plus inacceptables les unes que les autres.

La CFDT se prononce contre :
- la suppression d’un jour férié,
- la suppression d’un ou 2 jours de réduction du temps de travail
- une taxe sur les timbres poste.
Ou tous autres gadgets qui sont de mauvaises réponses à une vraie question.

Le plan Vieillissement/Solidarité doit être financé par tous les revenus et nous devons à tous prix éviter de retomber dans une politique d’assistance.

Monsieur le Premier Ministre, arrêtez de nous endormir avec de fausses propositions. Les personnes âgées dépendantes méritent mieux que cela. Nous attendons et voulons un plan Vieillissement/Solidarité correspondant à nos attentes.