Notre activité


Le bonheur dans les échanges


Il y a 20 ans, la CFDT d’Air France et l'Union fédérale aériens (UFA) avaient soutenu une opération de solidarité au Burkina Faso, en lien avec le syndicat burkinabè de l'aviation civile. Christian Deslandes était à l'époque secrétaire général de l'UFA CFDT. Vingt ans plus tard, il a pu constater que cette réalisation était toujours opérationnelle. Plus encore, Christian, désormais à la retraite, soutient un nouveau projet de centre de formation agricole au Burkina Faso.

Cédétiste depuis 1977, la solidarité internationale a également toujours été présente dans ma vie. J’ai ainsi participé à une enquête de l’Union européenne sur l’accessibilité des populations rurales marocaines aux différentes sources d’énergie. J’ai également accompagné des voyages solidaires au Viêtnam pendant 12 ans. Que de bonheur dans les échanges avec des femmes et des hommes, en découvrant leurs traditions, leur histoire, leurs savoirs et savoir-faire !

Depuis août 2013, à la retraite, je poursuis « mon chemin de la solidarité », dans le cadre de l’Adesaf. L’Adesaf a été sollicitée par l’association Nayinere pour le développement du Namentenga, au Burkina, elle-même porteuse du projet de construction d’un centre de formation agricole pour jeunes femmes et hommes.

Mon engagement a été motivé parce qu’il permet à des jeunes d’obtenir une formation qualifiante, d’acquérir des connaissances, des techniques de production et de gestion agricole modernes, tout en conservant les acquis de la paysannerie burkinabè. Mais il y a aussi la situation du pays. Le Burkina est placé à la 183e place, sur 186, en termes d’indice de développement humain (IDH). 40 % de la population risque l’insécurité alimentaire, et 42 % des habitants ont un accès limité à l’eau potable. L’agriculture burkinabè n’est pas en capacité de nourrir son peuple et d’offrir des perspectives à ses jeunes. Ces derniers fuient le monde rural. Le projet contribue à faire fructifier le potentiel agricole de la région, à assurer la sécurité alimentaire de la population, tout en développant les emplois.

L’engagement moral

Le potentiel agricole du Burkina est réel. Il représente 30 % de son PIB et occupe 85 % de la population. Mais ses handicaps sont forts : une faible productivité, des exploitations familiales de petite taille, un manque de moyens et de matériels modernes, une concurrence de produits venant souvent de pays « occidentaux ».

Dès lors, je coordonne l’action entre l’Adesaf et notre partenaire burkinabè. Nous avons répondu aux demandes en conseil et en expertise lors de la mise en forme du projet, de son budget et de son plan de masse. Je dois également trouver des appuis en France. Et rechercher des financements. La CFDT Air France, l’Union fédérale aériens, le lycée agricole Sully (78), la fondation EG Afrique ont répondu présent.

Il est également indispensable de se rendre sur place. En mars 2013 et janvier 2014, j’ai rencontré nos partenaires et les autorités burkinabè. J’ai vu les travaux. Ces derniers sont assurés par une entreprise de la commune. Il s’agit de prioriser l’activité et l’emploi local. Être sur le terrain permet de rencontrer les villageois(e)s et les autorités traditionnelles. Nous prenons conscience de leur attente et de la confiance qu’ils ont placées en nous, mais aussi de la force de l’engagement moral que nous avons pris vis-à-vis de ces populations. C’est dans ces moments intenses que la solidarité prend tout son sens.

Christian Deslandes

Christian Deslandes : "Nous avons pris un engagement moral vis-à-vis des Burkinabè."

Adesaf : Association pour le développement économique et social de l’Afrique francophone

Les projets en cours soutenus par l’Adesaf concernent la construction d’un centre de formation agricole pour jeunes au Burkina Faso, un programme de réduction de la pauvreté et de sécurité alimentaire, par le développement agricole, la rénovation d’un lycée au Congo-Brazzaville, au Mali le développement et la diversification maraîchère, l’accès à l’eau…
Pour découvrir l’Adesaf : www.adesaf.org et sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/asso.adesaf et https://twitter.com/assoADESAF