Stats et études


Le maintien à domicile passe par l’aide de l’entourage


Le rôle clé de l’entourage est confirmé par l’enquête Handicap-Santé 2008 qui évalue le degré d’autonomie des adultes et personnes âgées vivant à domicile. Les personnes considérées comme « dépendantes » ou « fortement dépendantes » bénéficient presque toutes d’une aide de leurs proches, souvent complétée par l’intervention des professionnels.

Les difficultés à accomplir des actes mobilisant les fonctions physiques ou cognitives (limitations fonctionnelles), et les problèmes d’un individu dans la réalisation des actes de la vie quotidienne (restrictions d’activité), augmentent avec l’âge et sont plus importantes chez les personnes de 60 ans ou plus.

Personnes âgées de 20 à 39 ans

La quasi-totalité sont autonomes dans la vie quotidienne. Les quelques limitations fonctionnelles (notamment cognitives) déclarées demeurent alors isolées et sans incidence sur leur autonomie. Seules 0,5% des personnes âgées de 20 à 39 ans sont dépendantes. Pour les 40-59 ans, 6,8% se déclarent en perte d’autonomie, mais peu souffrent de restrictions absolues d’activité

Personnes âgées de 60 à 79 ans

Elles restent majoritairement autonomes puisque 83%, soit 8,5 millions, peuvent être considérées comme telles. Si une part notable d’entre elles (20%) déclarent quelques altérations dans la motricité des membres inférieurs (se baisser/s’agenouiller), aucune restriction d’activité n’est toutefois constatée. La perte d’autonomie modérée touche 13,7% des personnes de 60 à 79 ans, soit 1,4 million d’individus.

Les femmes sont surreprésentées dans ce groupe : elles sont 72%, alors qu’elles représentent 57% des 60-79 ans. Les personnes de ce profil se caractérisent par des difficultés motrices des membres inférieurs, et les deux tiers souffrent de gênes importantes dans les articulations.

Ainsi, 62% connaissent au moins une limitation physique absolue et 41% des restrictions pour des activités instrumentales, mais 23% déclarent au moins une limitation cognitive grave et quasiment aucune ne rencontre de restrictions pour les activités essentielles.

La dépendance chez les personnes âgées de 60 à 79 ans concerne 2,7% des personnes, soit 273 000 individus. Neuf sur dix sont limitées physiquement, ce qui les empêche de réaliser au moins une des activités instrumentales courantes (notamment courses, déplacements et démarches administratives).

Personnes âgées de plus de 80 ans

Près de six sur dix, soit 1,5 million, sont relativement autonomes, malgré quelques difficultés d’audition et de motricité générale, notamment pour se baisser ou s’agenouiller.

Plus d’un quart (661 000 personnes) souffrent d’une perte modérée d’autonomie. Ce profil touche davantage de femmes (76% contre 67% de l’ensemble des 80 ans ou plus). Il se caractérise par une fréquence élevée de limitations physiques absolues (80%) relatives à la motricité générale (parallèlement, 60% citent des gênes importantes dans les articulations) et de restrictions absolues dans les activités instrumentales, en particulier les courses ou les tâches ménagères.

La quasi-totalité de ces personnes sont aidées principalement par l’entourage ; les professionnels sont surtout cités pour les tâches ménagères. Les personnes dépendantes représentent 11,2% des personnes âgées de 80 ans ou plus, soit 277 000.

Source : Études et résultats n°718, Drees.