Déclarations 2001 à 2003


Les UCR demandent la prise en charge de la dépendance par la Sécu


« L’organisation de la Sécurité sociale est fondée sur le principe de la solidarité nationale. Elle garantit les travailleurs et leur famille contre les risques de toute nature.... »

« Des lois pourront étendre le champ d’application de l’organisation de la Sécurité sociale à des catégories nouvelles de bénéficiaires et à des risques ou prestations non prévues par le présent code... » (articles L111-1 et L 111-2 du code de la Sécu)

Ce rappel du code de la Sécurité sociale montre que les personnes âgées y ont toute leur place, qu’elles sont des « citoyens » à part entière avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que tous les autres.

La catastrophe sanitaire de l’été a mis en lumière la considération dont la société a fait preuve à l’égard des personnes âgées. Celles-ci sont montrées du doigt à propos de la consommation de médicaments, comme si elles étaient responsables des prescriptions, ou encore elles sont accusées de coûter trop cher alors qu’elles participent au financement de la sécurité sociale depuis leur jeunesse. Et dans le même temps leur pouvoir d’achat se réduit de plus en plus.

Depuis des années, quel que soit le gouvernement en place, nos organisations agissent pour que des améliorations soient apportées. La mise en place de l’APA et le plan de modernisation des maisons de retraite en sont deux exemples.

Mais les décisions prises ces derniers mois ont amputé les allocations versées et réduit le financement de la modernisation des établissements.

L’effort à fournir pour rendre aux personnes âgées la place qu’elles méritent est considérable, en raison du retard à combler et de l’accroissement de leur nombre.

Il convient donc de mettre en place les moyens nécessaires pour le maintien à domicile, pour la rénovation des maisons de retraite, pour une hospitalisation dans de bonnes conditions... avec des personnels formés.

Les unions confédérales de retraités CGT - CFDT - CGT-FO - CFTC - CFE-CGC et la FGR-FP rappellent leur exigence d’une prise en charge de la perte d’autonomie dans le cadre de la Sécurité sociale et des principes qui la régissent.

Elles mettront tout en œuvre pour être entendues.

Paris, le 17 septembre 2003