Notre activité


Les cinq premières fois


Au regard des enjeux des prochaines élections européennes, Enrico Letta, ancien président du Conseil italien, président de l’Institut Jacques-Delors, nous adresse un message à partir d’un extrait de son ouvrage Ho imparato aux éditions Il Mulino issu du chapitre « Les cinq premières fois ».

Sommaire du dossier
- Le 26 mai 2019 donnons de la force à l’Europe
- Les enjeux des élections européennes du 26 mai
- Quelques inspirateurs de l’Europe
- La question de l’Europe sociale
- Les cinq premières fois
- « Le projet européen ne remet pas en cause la souveraineté de la France », Yvan Ricordeau, secrétaire national CFDT
- Que fait l’Europe pour ses citoyens ?

Dans la vie politique européenne, chaque année est décisive et cruciale. En théorie, j’entends, dans la mesure où l’on écoute les discours sur l’Europe., souvent répéter « cette année est celle d’un virage ». Puis en général ce n’est pas le cas et c’est seulement bien plus tard que l’on comprend quels ont été les moments importants.

Cette fois je me sens d’en faire le pari : dans le futur, 2019 sera vue comme une année véritablement décisive, car l’Europe ne sera plus la même. L’impact pourra être positif ou négatif mais il sera déterminant. Mais qu’y a-t-il de différent cette année ? La concomitance des événements à venir : cinq « premières fois » de l’histoire européenne. Cinq événements qui, pris séparément, auraient déjà eu un grand retentissement ; et qui, pris tous ensemble, auront le poids de faire dévier, dans un sens ou dans l’autre, le parcours de l’Union.

La première des « premières fois » est le départ d’un des États membres. Médiatiquement et politiquement, le Brexit est déjà acté depuis le vote de juin 2016, mais c’est en 2019 que se fera la sortie. […] Avec le Brexit, nous sommes dans le brouillard. Jamais un pays n’est sorti. Et personne ne peut en connaître les conséquences. […]

La deuxième « première fois » de 2019 est l’élection du Parlement européen de mai. […] Pour la première fois, le Parlement de Strasbourg et la vie politique européenne entreront dans une logique d’alliances diverses et de coalitions bien plus larges qu’avant. […]

La troisième « première fois » est le changement simultané de tous les leaders des institutions européennes, un autre événement sans précédent. En particulier pour la Banque centrale européenne qui, dans le passé, n’avait jamais vu son président nommé pendant les périodes électorales. […]

La quatrième « première fois » de 2019 est l’importance inédite du thème de l’Europe dans la campagne européenne à venir. Je sais que cela peut sembler paradoxal. En effet, durant toutes ces années, les partis et les médias ont toujours considéré comme marginaux les débats, les échanges d’idées sur le rôle et l’existence même de l’Union. À combien de meetings électoraux, de débats télévisés sont invités des leaders d’autres pays ? […] En général, les discussions restaient principalement focalisées sur des acteurs et des débats domestiques, nationaux. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. […] Une véritable européanisation du débat public est en cours. Cela est extrêmement positif car un discours public européen est une condition pour un espace public européen et démocratique. […]

La dernière « première fois », la cinquième, est le changement du rôle de l’Allemagne, qui a toujours joué un rôle clef. Elle a été durant des années un leader mais, en même temps, très attentive de ne pas l’être d’un point de vue formel. […] Cette fois c’est différent : l’Allemagne est directement intéressée par le leadership, sans personne interposée. […] Personne ne peut prévoir les conséquences de ce changement de stratégie, à la fois en termes de résultats et en termes de réaction des autres pays et des institutions européennes. Le risque étant que la création d’un leadership formel n’affecte négativement l’équilibre entre les États et les institutions européennes, nous amenant encore plus loin de cette union des minorités que Romano Prodi avait brillamment identifiée comme la condition du succès du projet européen.

Enrico Letta

Enrico Letta, ancien président du Conseil italien, président de l’Institut Jacques-Delors.