UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


Les facteurs de risque à la Covid-19 sont aussi sociaux


Si une nouvelle étude sur la pandémie de Covid-19 confirme que l'âge est le facteur de risque prépondérant d’hospitalisation, elle met en évidence d'autres facteurs de risque.

Entre le 1er mars 2020 et le 30 juin 2021, 106 000 patients atteints de Covid ont été hospitalisés en soins critiques, c’est-à-dire en unités de réanimation, de soins intensifs ou de surveillance continue :
- 25 000 pendant la première vague de l’épidémie du 1er mars au 30 juin 2020 ;
- 33 000 pendant la deuxième vague du 1er juillet au 31 décembre 2020 ;
- 48 000 pendant la troisième vague du 1er janvier au 30 juin 2021.

L’âge moyen est de 66 ans et 64 % sont des hommes. Il augmente entre la première et la deuxième vague puis baisse à la troisième, sans doute en raison du début de la vaccination.

Une étude sur les caractéristiques socio-économiques des personnes hospitalisées confirme que l’âge est le facteur de risque prépondérant mais elle met en évidence d’autres facteurs de risque. Les personnes hospitalisées résident plus souvent dans des logements sociaux (21 % contre 15 % pour l’ensemble de la population), où les contacts sont plus fréquents et les gestes barrières plus difficiles à mettre en place. Elles ont en moyenne un niveau de vie inférieur de 6 % au niveau de vie moyen. Elles sont plus fréquemment nées à l’étranger : 26 % de ceux âgés de plus de 35 ans contre 17 % pour l’ensemble de la population.

Les constats sont différents pour la quatrième vague. La vaccination ayant été d’abord réservée aux plus âgés, ses effets protecteurs se seraient traduits par un moindre risque d’hospitalisation. Et des travaux ont montré que le recours à la vaccination croît avec le niveau de vie, ce qui pourrait expliquer que les formes sévères de la quatrième vague aient davantage affecté les plus modestes, moins fréquemment vaccinés.

Source : Études et droits n° 1226 et Dossiers de la Drees n° 95, Drees.