Stats et études


Les inégalités sociales engendrent des inégalités de santé


Selon les indicateurs de l'état de santé, la situation de la population vivant en France reste globalement favorable. Cependant, des disparités sociales importantes sont notées pour de nombreux indicateurs de santé et ce, dès le plus jeune âge.

L’écart d’espérance de vie à 35 ans entre cadres et ouvriers est de 7 ans pour les hommes et de 3 ans pour les femmes. En outre, plus l’espérance de vie est courte, plus elle est grevée d’incapacités fonctionnelles. Autrement dit, l’écart d’espérance de vie sans incapacité est encore plus important : 9 ans selon une étude de l’Ined.

Chez les adultes, les inégalités se maintiennent au cours de leur vie, témoignant d’un effet de long terme des conditions de vie associées aux catégories professionnelles sur la santé. On peut toutefois souligner l’intérêt de certains dispositifs, incitatifs ou réglementaires, pour la réduction des inégalités de santé. La mortalité prématurée (avant 65 ans) reste élevée : consommation de tabac et d’alcool, accidents de la route, suicides. L’obésité continue de progresser chez les adultes.

Chez les adolescents, la notion de santé est proche de celle de bien-être. Les questions liées à la sexualité et à la contraception demeurent prégnantes : ainsi le nombre d’IVG a continué d’augmenter chez les mineures ces dernières années, malgré le recours croissant à la contraception.

Chez les enfants, on observe des évolutions favorables pour les objectifs spécifiques les concernant, malgré des disparités sociales persistantes sur lesquelles il convient de se focaliser. On note en particulier une baisse de l’obésité et une amélioration de l’état de santé bucco-dentaire chez les plus jeunes.

Les tumeurs cancéreuses sont devenues la première cause de décès pour l’ensemble de la population : elles sont à l’origine d’un tiers des décès et de 40% des décès prématurés.

Source : Études et résultats n°747, Drees.