Actu revendicative


Les mauvaises réponses du gouvernement sur l’assurance maladie


Le gouvernement a fait connaître son projet de loi de réforme de l'assurance maladie. Nous rappelons d'abord nos priorités. Ensuite nous décortiquons ce qui ne nous va pas dans ce projet gouvernemental. Enfin, nous disons pourquoi nous avons participé au grand rassemblement du 22 juin.

Les priorités de la CFDT

Tout au long des discussions et des consultations, la CFDT s’est donné quatre exigences de base :

  1. Avoir une meilleure organisation du système de soins au service des malades, passant en particulier par la suppression des inégalités géographiques dans la répartition des médecins et des auxiliaires médicaux et par la lutte contre la liberté tarifaire, car celle-ci s’oppose à notre revendication de remboursement à 100% des soins utiles.
  2. Permettre à tous d’avoir une complémentaire santé.
  3. Avoir un financement pérenne, juste et solidaire où chacun contribue à hauteur de ses moyens et où les dettes d’aujourd’hui ne sont pas transmises aux générations futures
  4. Clarifier les relations entre l’Assurance maladie et l’Etat et leurs responsabilités respectives.

Les mauvaises réponses gouvernementales

Les propositions faites par le gouvernement sont loin de donner satisfaction :
- Aucune solution concrète et suffisante pour permettre à ceux qui ont les revenus les plus faibles d’acquérir une couverture complémentaire.
- Pas de décision pour corriger l’inégale répartition géographique des professionnels de santé.
- Une attaque contre le remboursement à 100% des soins utiles en instaurant un ticket modérateur sur les actes médicaux, même si cette mesure ne s’applique pas aux bénéficiaires de la CMU et aux assurés mineurs.
- Une porte ouverte vers la liberté tarifaire des médecins en envisageant que les spécialistes consultés directement puissent fixer librement leur tarif.
- De nouveaux transferts vers les complémentaires avec l’annonce du relèvement du montant du forfait hospitalier
- Une augmentation du taux de la CSG pour les retraités imposables sans examen de l’ensemble de la situation, sans tenir compte que les retraités du secteur privé ont une cotisation supplémentaire de 1% sur les retraites complémentaires et sans proposition pour que la prise en charge de la perte d’autonomie se fasse au sein de la Sécurité Sociale.
- Aucune autre solution financière à effet immédiat et des mesures timides pour augmenter la contribution des entreprises : l’effort est ainsi demandé de façon déséquilibrée en le faisant trop porter sur les salariés.
- Le transfert massif de la dette sur les générations futures par l’allongement du remboursement de la dette cumulée
- Une insuffisance des propositions pour les relations entre régimes de base et organismes complémentaires.
- Des propositions compliquées pour la gestion de l’Assurance Maladie alors que l’on était en droit d’espérer plus de clarté et plus de simplification.

Initiative CFDT du 22 juin

C’est pourquoi, après les manifestations du 5 juin, la CFDT a pris l’initiative avec la Mutualité Française et d’autres associations de décider une journée de mobilisation le 22 juin :
- pour que notre système de santé soit amélioré et rendu plus efficace,
- pour que les inégalités dans l’accès à des soins de qualité pour tous soient supprimées,
- pour que les besoins des patients soient mieux pris en compte,
- pour que l’Assurance Maladie joue pleinement son rôle de solidarité.