UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


Les mutations du téléphone, du fixe au portable !


À partir de 2023, le téléphone fixe historique, construit sur un réseau à fil de cuivre et qui avait pénétré pratiquement tous les foyers en France, va progressivement et par zone géographique être supprimé. Cette disparition programmée est due à l’arrivée de nouvelles technologies.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, plusieurs chercheurs travaillent sur la transmission de la voix grâce à l’électricité, et dès 1854, un Français, Charles Bourseul, présente un mémoire à l’Académie des Sciences. Mais l’invention va se concrétiser aux États-Unis, grâce à un trio complémentaire. L’ingénieur Graham Bell (1847-1922), secondé par l’électricien Watson, obtient le soutien financier de l’homme d’affaires Hubbard. De cette synergie va naître un appareil émetteur et récepteur qui transmet la voix par l’intermédiaire d’un fil métallique. Graham Bell dépose le brevet du téléphone en mars 1876.

Le réseau téléphonique

À peine trois ans après, on tire les premières lignes téléphoniques à Paris dans le quartier de la Bourse, et l’ingénieur Clément Ader, le pionnier de l’aviation, perfectionne et commercialise le téléphone Bell avec un appareil en version luxe, ivoire et bronze ! Rapidement, les grandes villes s’équipent puis se déploient les liaisons interurbaines : entre Paris et Londres dès 1891, entre Paris et New York en 1928. Pour relier les abonnés entre eux, la commutation des lignes se fait manuellement dans des centraux téléphoniques avec des opératrices, « les demoiselles du téléphone ».

En 1890, la France compte déjà 10 000 abonnés ! Ils deviennent si nombreux à Paris, qu’en 1897, on demande aux abonnés d’annoncer à l’opératrice le numéro et non plus le nom du correspondant ! Puis le réseau se perfectionne : le premier central automatique est installé à Nice en 1913, mais il faudra attendre 1979 pour que le téléphone devienne automatique dans toute la France avec des appareils munis d’un cadran circulaire, puis à touches, sur lequel l’abonné compose directement le numéro ! Or c’est cette technologie qui va disparaître peu à peu à partir de 2023 : le Réseau Téléphonique Commuté (RTC), vieux de 140 ans, va laisser place à la téléphonie dite Voix sur Protocole Internet (VoIP).

Tous les foyers, qui veulent garder un téléphone fixe et qui ne sont pas pourvus d’Internet, devront relier l’appareil à une box pour qu’il continue de fonctionner. Or il reste des millions de foyers sans connexion internet et les appareils fixes les plus anciens, les systèmes d’alarme risquent d’avoir des problèmes de compatibilité.

La révolution des téléphones portables

Aujourd’hui, le plus répandu est le téléphone portable. Avec leur communication par ondes électromagnétiques, ces téléphones ont rendu obsolètes les 300 000 cabines téléphoniques qui étaient disséminées en France. Puis ils sont devenus des ordinateurs miniatures : les smartphones ou téléphones intelligents avec voix, Internet, appareil photo… En dix ans, la diffusion de ces téléphones multifonctions est fulgurante, près de 70 % de la population mondiale en est désormais pourvue, presque 90 % en Europe !

La Banque mondiale considère que cet appareil est un outil de développement fondamental car il permet de toucher des populations isolées et souvent dépourvues de tout autre moyen de communication. Même si la quantité d’informations véhiculée est souvent difficile à hiérarchiser, il apporte des connaissances. La plus grande partie de l’Humanité est ainsi interconnectée et cette révolution de la communication modifie son quotidien et son avenir.

Françoise Berniguet

Les 300 000 cabines téléphoniques de France ont disparu.