Actu revendicative


Les organisations syndicales de retraités reçues au ministère du Travail et des Relations sociales


Comme indiqué dans le communiqué de presse intersyndical du 7 septembre, les organisations syndicales de retraités ont décidé d'une part une journée d'action le 16 octobre et d'autre part une demande d'audience auprès du gouvernement pour exposer nos revendications. Les organisations syndicales de retraités CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, UNSA et FGR-FP ont donc été reçues le 5 octobre 2009 par deux membres du cabinet du ministre du Travail et des Relations sociales.

Trois thèmes avaient été choisis pour cette rencontre : la prise en charge de la dépendance, l’accès aux soins et le pouvoir d’achat.

Après une présentation de la prochaine journée de manifestations nationale le 16 octobre où les retraités manifesteront leurs inquiétudes et exprimeront leurs revendications, chacun des thèmes a été exposé par une des organisations syndicales.

La prise en charge de la dépendance

Après les promesses faites par le président de la République en 2007, le dossier apparaît en panne totale alors qu’il y a urgence car le nombre de personnes concernées augmente et les propositions des organismes privés (mutuelles ou assurances) se développent. La nécessité de créer un 5e risque au sein de la sécurité sociale s’impose.

Le ministère a répondu qu’il n’était pas question de faire une pause sur ce sujet mais au contraire de lancer un débat public sur cette question de société afin de franchir une étape dans la prise de conscience collective. Il a admis que le contenu des propositions privées actuelles posait des problèmes car elles sont trop liées aux entreprises et manquent de référentiel commun avec les organismes publics. Il s’est dit favorable à recevoir des propositions des organisations syndicales.

Pour la CFDT Retraités, il y a urgence car la part croissante des conseils généraux dans le financement de l’APA (70%) fait peser des menaces sur le caractère national de cette allocation. De plus la situation sera de plus en plus difficile à harmoniser devant le développement des contrats d’assurance complémentaire dépendance privés. Sur demande de la CFDT, les représentants du ministère ont signalé que le nouveau projet de décret sur la tarification des Ehpad n’était pas encore sorti.

L’accès aux soins

Au nom des organisations syndicales de retraités, la CFDT Retraités a présenté les difficultés rencontrées par les retraités : mauvaise répartition géographique des médecins, difficultés d’organisation des permanences de soins et dans l’accès aux urgences, éloignement des services hospitaliers, dépassements abusifs des honoraires, diminution du remboursement de certains actes ou produits (franchises médicales, forfait hospitalier…), coût des complémentaires santé et tarifs croissants avec l’âge des malades, difficultés financières pour acquérir une complémentaire santé.

Face à cette situation, des demandes ont été formulées :
- mesures contraignantes pour les médecins en cas de répartition géographique insatisfaisante ;
- garantie de maintien de services hospitaliers de proximité ;
- réduction du reste à charge supporté par les malades ;
- fin immédiat des dépassements d’honoraires abusifs ;
- respect des conventions par les médecins ;
- amélioration de l’aide à l’acquisition d’une couverture complémentaire santé pour les retraités aux revenus modestes.

Les représentants du ministère ont indiqué qu’ils transmettraient au ministère de la Santé ces revendications contenues dans un document écrit préparé par la CFDT Retraités.

Le pouvoir d’achat

Les organisations syndicales ont fait part de l’inquiétude des retraités devant le coût croissant des dépenses courantes, le développement des difficultés financières et l’annonce d’une revalorisation probable de 1,2% en avril 2010.

Les représentants du ministère ont déclaré suivre les évaluations de l’Insee et être très inquiets devant l’accumulation des déficits sociaux. Ils ont mis en valeur la volonté politique du gouvernement pour maintenir un avantage de majoration de durée d’assurance aux femmes et reconnu que leur proposition comportait une certaine fragilité juridique.

Ils ont donné leur accord pour une nouvelle entrevue fin janvier sur la question de la revalorisation des pensions.

Quel bilan pour cette réunion ?

Cette entrevue qui n’était pas une réunion de négociation s’est déroulée dans un climat d’ouverture et de dialogue. Cela ne doit pas nous empêcher de faire pression pour obtenir satisfaction dans nos revendications et ceci dès le 16 octobre.

La CFDT Retraités était représentée par Michel Devacht et François Hun.