Stats et études


Les personnes en couple vivent plus longtemps


Les personnes qui vivent en couple risquent moins de décéder que les personnes qui vivent seules. Une fois arrivées aux grands âges, celles qui n’ont jamais vécu en couple font exception.

En revanche, à tout âge, une séparation ou le décès du conjoint s’accompagne d’une surmortalité. Les femmes semblent mieux y résister.

Les décès précoces de ceux qui n’ont jamais vécu en couple résultent souvent de facteurs de santé, sociaux et professionnels défavorables, rendant plus difficile à fonder un foyer.

Les hommes et les femmes qui ont eu deux enfants ont un moindre risque de mortalité.

La surmortalité liée au choc suivant une séparation ou le décès du conjoint est légèrement plus élevée pour les hommes que pour les femmes, surtout aux âges les plus jeunes (entre 40 et 70 ans). Cet écart demeure lorsque les différences de caractéristiques entre les personnes concernées sont prises en compte.

Puisque les hommes fondent un nouveau ménage plus souvent que les femmes après un veuvage ou une séparation, il est possible que ceux qui restent seuls soient les individus les moins résistants, donc avec une mortalité plus forte. La répartition des tâches dans le ménage rend par ailleurs les hommes moins autonomes pour vivre seul, notamment aux âges avancés, et accentue pour eux le choc d’une séparation ou du décès de la conjointe.

Source : Insee Première n°1155 - août 2007.