Stats et études


Les pratiques culturelles des séniors


Existe-t-il une caractéristique du comportement des personnes de 60 ans et plus concernant les pratiques culturelles ? La réponse est plus complexe qu'il n'y paraît. De multiples paramètres, aux effets parfois inverses, apparaissent.

Bénéficier de plus de liberté, d’une plus grande amplitude horaire pour fréquenter des lieux culturels à tout moment, apparaît comme un élément facilitateur de pratiques culturelles. Mais disposer de moindres ressources financières, être confrontés à davantage de problèmes de santé constituent autant d’obstacles.

Certaines enquêtes, au nombre desquelles celle réalisée périodiquement par le ministère de la Culture, se sont attachées à aller plus au fond des choses. En général, les études effectuées ont une vision assez large de l’expression « pratiques culturelles ». Elles englobent en effet à la fois la fréquentation des lieux culturels, l’écoute de l’audiovisuel domestique, la lecture, la participation associative ou encore les pratiques en amateur. Au final quelques grandes tendances se dégagent.

Il y a bien une spécificité des personnes âgées au regard de la culture. Ainsi les séniors apparaissent plus casaniers. En revanche, ils lisent davantage de livres et de revues. Longtemps faiblement équipés en ordinateurs, ils rattrapent désormais une partie du temps perdu mais restent la tranche d’âge la moins équipée au sein de l’ensemble des 15-60 ans.

Les pratiques découlent des effets générationnels. Les comportements culturels des personnes âgées évoluent dans le temps. Ainsi les générations âgées actuelles se révèlent plus actives que les précédentes. Depuis une vingtaine d’années la spécificité liée à l’âge se réduit. On constate en effet une augmentation des sorties du soir, au théâtre et au cinéma ou de l’engagement associatif.

Bricolage et mots croisés

En fait, de nombreux facteurs jouent dans les choix culturels effectués. Les habitudes acquises tout au long de la vie, le niveau d’études, la situation familiale, par exemple la solitude, sont autant de facteurs qui interviennent.

Si l’on s’en tient à la seule télévision, les personnes âgées en sont nettement plus consommatrices (28 heures hebdomadaires) que la moyenne nationale (20). Mais celles issues des professions intellectuelles supérieures y consacrent 33 heures contre seulement 19 pour celles ayant appartenu précédemment à la catégorie « employés ».

Les pratiques culturelles se transforment au cours du vieillissement. L’avancée en âge c’est aussi le risque de voir sa mobilité se réduire, c’est souvent l’accroissement des difficultés de santé, parfois l’isolement. La tendance à la baisse des activités en extérieur et au repli sur le domicile prédomine alors. L’activité se déplace ainsi du culturel vers le loisir : bricolage, travaux d’aiguille, mots croisés. Dans un premier temps, la télévision reste d’un grand secours et son écoute augmente avec l’âge mais progressivement son utilisation décline, particulièrement à partir de 85 ans.

L’allongement de la durée de vie, le fait d’être plus durablement en bonne santé, les avancées technologiques, les évolutions du pouvoir d’achat sont autant d’éléments qui changent la donne. La dimension culturelle et son ouverture à toutes et tous est un élément important de la réalité d’une société. L’évolution des pratiques culturelles est donc une donnée à suivre de près.

Jean-Paul Rueff

Le temps passé devant un écran de télé ou d’ordinateur

Le graphique illustre le temps hebdomadaire consacré aux écrans selon le sexe, l’âge, le niveau de diplôme (élèves et étudiants exclus) et le milieu social.