Notre activité


Les prix Nobel


Le 10 décembre de chaque année, et depuis leur création en 1901, sont remis les prix Nobel qui font accéder leurs récipiendaires à une notoriété mondiale.

Alfred Nobel, créateur éponyme de ce prix, est né en 1833 à Stockholm. Génie créatif exceptionnel, il dépose tout au long de sa vie des centaines de brevets. Son invention la plus importante concerne l’utilisation de la nitroglycérine, explosif instable et très dangereux. Il l’incorpore à une terre siliceuse et ce mélange forme une pâte, qu’il nomme « dynamite ».

Nobel exploite ses découvertes en industriel avisé. Cosmopolite, il parle plusieurs langues et vit successivement en Russie, en Allemagne, en France, en Italie. Son ami, Victor Hugo, le décrit comme « le plus riche vagabond d’Europe ». En effet, Nobel possède, à sa mort en 1896, une fortune considérable. Le chimiste suédois, sans héritiers, rédige un testament altruiste : « Sa fortune constituera un fonds dont l’intérêt devra être annuellement distribué à ceux qui, pendant l’année précédente, auront apporté les plus grands bienfaits à l’humanité. »

Alfred Nobel : l’inventeur de la dynamite et du Prix qui porte son nom.

Prix et nobélisés

Une fondation est créée pour gérer la fortune et mettre en œuvre l’attribution des récompenses décidées par Alfred Nobel. Le 10 décembre, jour anniversaire de son décès, les prix de physique, chimie, médecine, littérature sont remis à Stockholm, le prix de la paix à Oslo, en présence des rois de chaque pays au cours d’une cérémonie à l’étiquette rigoureuse (à la mort d’Alfred Nobel, les deux pays scandinaves étaient réunis sous la même couronne, ce qui explique le partage des récompenses entre les deux capitales actuelles).

Dans le testament, Nobel précise que les bénéficiaires doivent être vivants, qu’un prix peut être partagé mais entre trois personnes au maximum et qu’une association peut aussi en être bénéficiaire. Chaque prix consiste en une médaille, un diplôme et un chèque qui, en 2015, s’élève à 860 000 euros.

En 1969, la Banque Centrale de Suède institue, pour célébrer ses trois cents ans, un sixième prix qu’elle finance chaque année : le prix de science économique « en mémoire d’Alfred Nobel ». Des voix s’élèvent souvent contre ce tour de passe-passe et souhaitent dissocier le prix d’économie des prix Nobel aux motifs que l’économie n’est pas une science expérimentale et qu’elle est étroitement liée aux options politiques de ses praticiens. Mais la fondation Nobel a accepté que l’attribution de ce prix se fasse au cours de la même cérémonie que les cinq prix d’origine.

En plus de cent ans d’existence, les prix Nobel ont distingué 900 personnes ou organisations. Certains l’ont reçu plusieurs fois, comme Marie Curie, physique puis chimie, ou la Croix Rouge, trois fois lauréate pour le prix Nobel de la paix. La France avec 15 écrivains distingués est le pays qui a le plus grand nombre de Nobel de littérature. Le Nobel de la paix, qui n’a pu être décerné certaines années, revêtait pour son fondateur une importance particulière : il pensait que la dynamite par sa force dissuasive de destruction mettrait fin aux guerres…

Mais si l’espoir de Nobel en un monde pacifié ne s’est pas réalisé, en revanche, depuis plus d’un siècle et tous les ans, ses prix distinguent les personnes ou les associations qui ont apporté « un bienfait » à l’humanité.

Françoise Berniguet

Repères

En 2015, ce sont une organisation et dix personnalités, originaires de quatre continents et de huit pays, qui se sont vu remettre à Stockholm et à Oslo les prix institués par Alfred Nobel.
Physique : Takaaki Tajita (Japon) et Arthur Mac Donald (Canada).
Chimie : Thomas Lindahl (Royaume-Uni) – Paul Modrich (USA) – Aziz Sancar (USA).
Médecine : William C. Campbell (Irlande) – Satoshi Omura (Japon) – Youyou Tu (Chine).
Littérature : Svetlana Alexievitch (Biélorussie).
Paix : Le quartet, parrain du dialogue national tunisien pour la transition démocratique.
Economie : Angus Deaton (Royaume-Uni).