Notre activité


Les raisons de la colère des retraités


Le « niveau de vie » des retraités serait égal voire supérieur à celui des travailleurs ? Attention à l’arbre qui cache la forêt.

Pour estimer le niveau de vie des retraités, on additionne tous leurs revenus et surtout toute la valeur de leur patrimoine immobilier et financier global et on fait une moyenne. Le patrimoine s’accumule au cours de la vie et se concentre sur les retraités, mais avec d’énormes inégalités. Cette moyenne masque la réalité de la grande majorité des retraités. Les anciens sont ainsi affublés du qualificatif de « nantis ».

Les retraités sont la seule catégorie à subir sur leurs pensions une hausse du taux de CSG de 1,7 % (de 6,6 à 8,3 %) sans aucune contrepartie. C’est une raison de la colère.

Notre dossier sur le niveau de vie des retraités et un article sur la question de la CSG viennent corriger ces jugements et remettre les idées en place. Nous refusons d’opposer telle ou telle catégorie de citoyens, les salariés et les retraités, les jeunes et les âgés.

Nous revendiquons « une fiscalité et une protection sociale redistributives ». Nous sommes loin de la coupe aux lèvres avec le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. Il remet en cause l’universalité et l’équité de la contribution universelle qui dure depuis 1990.

Les retraites ne seront pas augmentées selon l’indice de prix en octobre mais trois mois plus tard, en janvier 2019 !

Le poids des cotisations des complémentaires santé va s’alourdir avec la hausse du forfait hospitalier de 11 %. Les retraités supportent entièrement le coût de leur mutuelle santé !

L’allocation logement est réduite pour tous, donc aussi pour les retraités !
Les autres mesures annoncées sont loin de répondre à nos aspirations et nombre de questions demeurent sans réponse.

La population âgée de 75 ans et plus passera de 9 millions à 14,6 millions de personnes en 20 ans. Malgré les efforts de ces dernières années, la France sera bien en peine d’assumer l’évolution fulgurante des besoins d’accompagnement à l’autonomie des personnes âgées.

Le 19 octobre une rencontre a eu lieu entre la ministre des Solidarités et de la Santé et une délégation CFDT menée par Laurent Berger. À l’invitation de celui-ci, j’y ai représenté la CFDT Retraités (voir Irex n° 60). Suite à cette réunion, l’UCR sollicite, un nouvel entretien auprès de la ministre pour lui faire part de nos attentes et de nos positions pour une place reconnue et digne des retraités et des personnes âgées au sein de la société.

Dominique Fabre, secrétaire générale de la CFDT Retraités