Notre activité


Les réserves de la CNSA (autonomie) détournées vers le RSA


Les situations financières des départements risquent de peser sur les plans d’aides et les budgets d’action sociale. Des départements crient à la faillite. Et devant les difficultés exprimées pour assurer les prestations sociales notamment le RSA, le gouvernement n’a pas hésité à ponctionner 50 millions d’euros du budget de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA).

À l’occasion du débat sur le projet de loi de finances rectificative pour 2015, les députés ont en effet voté le 2 décembre dernier, sur proposition de Christian Eckert, secrétaire d’État au Budget, un fonds d’urgence de 50 millions d’euros. Objectif : faire face aux dépenses croissantes liées au financement du RSA dans 10 départements, par le biais d’un prélèvement sur les réserves de la CNSA.

Alors même que le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement vient d’être voté, les parlementaires ont répété d’une même voix qu’il y a des besoins très forts et que la CNSA devait être en mesure d’assurer l’ensemble de ses missions, en particulier en matière d’investissements dans les établissements médico-sociaux…

Cherchez l’erreur ! Si de réelles difficultés existent au sein des départements, le budget de la CNSA doit rester réservé aux personnes âgées et handicapées en perte d’autonomie. Dans le cadre de la loi ASV (voir notre Dossier) les équipes syndicales restent vigilantes sur la dégradation possible du niveau des interventions de l’Aide personnalisée à l’autonomie (Apa).