Actu revendicative


Les retraités CFDT déterminés le 24 février


A l'appel de toutes les organisations syndicales composant l'Inter UCR, les retraités se sont retrouvés le 24 février pour exprimer leurs propres revendications. Résumé des revendications.

Le 1er avril verra nos pensions réévaluées. Le 24 février, cette proximité motive les retraités CFDT dans la défense de leur pouvoir d’achat et pour l’amélioration des basses pensions. Certes l’inflation a été moins forte en 2009 qu’en 2008 et les prévisions pour 2010 sont basées sur une maîtrise de l’évolution des prix. Par contre, le poids des dépenses contraintes (éclairage, logement, chauffage...) ou de première nécessité (nourriture, soins...) pèse lourdement sur les retraités et les salariés ayant de faibles ressources. La pauvreté qui se développe parmi les veuves et les retraités les plus âgés doit être combattue.

Exiger un accès de tous à des soins de qualité est une revendication primordiale pour les retraités. En effet, comme tous - mais de façon plus forte - les retraités sont de plus en plus nombreux à rencontrer des difficultés pour avoir accès à des soins de santé. L’isolement géographique, les conséquences de l’âge, le besoin plus fréquent de soins se heurtent à des difficultés. Parce que le système de soins n’est pas organisé de façon cohérente. Parce que la complémentarité entre la médecine de ville et les établissements hospitaliers est mal assurée. Parce que les permanences de soins sont déficientes principalement durant les week-ends et les fins de nuit. Les dépassements d’honoraires demandés par certains médecins contraignent des personnes âgées à repousser ou annuler certains soins.

La réponse à apporter aux personnes en perte d’autonomie est un problème de société qui prend de plus en plus d’importance. Le gouvernement tarde à sortir une nouvelle loi qu’il prépare ouvertement avec les assureurs. La solidarité risque d’être mise à mal alors qu’elle devrait se traduire par un financement public pérenne. Les difficultés des collectivités territoriales se traduisent dans le fonctionnement des associations de services aux personnes qui, sous le poids des contraintes financières, cessent leur activité. Cela va l’encontre de la nécessité d’un service de qualité auprès des personnes âgées.

François Hun