Actu revendicative


Les retraités préparent les négociations 2008 sur les retraites


En 2003, une négociation a été prévue tous les cinq ans pour assurer l'avenir des retraites. Pour préparer celle de 2008, la CFDT organise 40 débats dans ses régions et fédérations dont celui organisé par la CFDT Retraités. Compte rendu.

Les retraités CFDT n’ont pas voulu être absents du large débat lancé par la confédération pour préparer la négociation de l’étape 2008 de la réforme des retraites. Les représentants de 60 UTR se sont retrouvés à Paris le 6 septembre. Porteurs de l’analyse des adhérents de leur département, ils ont pu exprimer leurs attentes et leurs propositions en présence de Jacky Bontems, secrétaire général adjoint de la confédération.

Ce dernier a d’abord expliqué sur quels paramètres des régimes de retraites on peut agir. Il y en a trois : le montant des pensions, le montant des cotisations et la durée de cotisations. Il a aussi demandé quelles étaient nos priorités revendicatives.

Des anomalies à corriger dans le système actuel de retraite

Les délégués souhaitent que les conditions d’attribution des pensions de réversion soient harmonisées et que les aléas survenus dans la vie professionnelle soient mieux pris en compte. La situation des retraités ayant eu une carrière partagée entre plusieurs régimes (exemple : fonction publique et secteur privé) ou entre plusieurs pays de l’Union européenne a été évoquée : les pénalisations actuelles demandent à être supprimées.

La surcote qui incite les salariés les plus qualifiés et les mieux rémunérés à continuer à travailler au-delà de l’âge qui leur permettrait de partir en retraite au taux plein apparaît comme une mesure à corriger.

Des thèmes prioritaires

Deux priorités essentielles sont à retenir des débats. La première est de revaloriser les plus basses pensions. Aucune pension totale (pension de base et pension complémentaire) ne doit être inférieure à 100% du Smic net. Cet objectif doit être mené de front avec le maintien du pouvoir d’achat pour les pensions liquidées et avec l’attribution d’une partie de l’accroissement de la richesse nationale.

Ensuite il apparaît nécessaire de permettre des départs anticipés en retraite pour les salariés ayant exercé des métiers pénibles. La situation des femmes mérite une attention particulière car ce sont principalement elles qui ont eu des carrières incomplètes ou perturbées par le chômage.

Un financement à revoir

La question du financement reste centrale : celui-ci devrait se faire sur la base d’un élargissement des assiettes. Il convient ainsi de trouver des sources nouvelles de financement. Cela implique une politique active et créatrice d’emplois, y compris en direction des seniors.

La durée de cotisation apparaît comme le paramètre à privilégier pour le pilotage du système de retraite. Il respecte la solidarité intergénérationnelle et les contraintes démographiques, les actifs et les retraités supportant également l’effort.

La CFDT assumera ses responsabilités dans la réforme

Pour la CFDT, l’objectif principal reste de garantir la pérennité des régimes de retraites par répartition. La question du financement des régimes et de leur équilibre financier à moyen et long terme soulève des enjeux en termes d’équité, de solidarité et d’acceptabilité.

La CFDT souhaite que des mesures correctives soient apportées aux dysfonctionnements et aux inégalités afin de donner un sens à une réforme qui ne soit pas que comptable.

Les échanges organisés par la CFDT étaient nécessaires pour arrêter un positionnement après un débat démocratique. Ils nous permettent d’assumer nos choix et nos priorités.

Le forum de cet article est clôturé.