Stats et études


Les seuils de pauvreté en France


En France, un individu peut être considéré comme « pauvre » quand ses revenus mensuels sont compris entre 757 et 908 € en 2007 (derniers chiffres publiés par l'Insee) selon la définition de la pauvreté utilisée (seuil à 50% ou à 60% du niveau de vie médian). Le revenu pris en compte est le revenu dit « disponible », donc après avoir payé ses impôts et perçu ses prestations sociales.

Évolution des seuils de pauvreté mensuels

Pauvreté en France

Depuis les années 1970, la France continue à s’enrichir. En effet, le revenu médian augmente et donc avec lui le seuil de pauvreté. Entre 1970 et 2007, ce seuil a quasiment doublé en euros constants (c’est-à-dire une fois que l’on a retiré l’inflation). Le seuil à 60% est passé de 473 à 908 € (voir tableau). Les pauvres d’aujourd’hui sont bien plus riches que ceux d’hier, mais ils ne vivent pas dans la même société : les besoins ne sont plus les mêmes non plus.

Pour tenir compte de la composition des ménages, on élève ce seuil en fonction du nombre de personnes du foyer. On passe alors du revenu disponible au « niveau de vie » dans le langage de l’Insee. Par exemple, un couple avec deux enfants en bas âge est pauvre si ses ressources ne dépassent pas 1 907 € (seuil à 60%).

Comment définit-on le seuil de pauvreté ? En France et en Europe le seuil de pauvreté est dit relatif. On considère comme pauvre une personne dont les revenus sont inférieurs à un certain pourcentage du revenu dit « médian ». Ce revenu médian est celui qui partage la population en deux, autant gagne moins, autant gagne davantage.

Ce pourcentage est de plus en plus souvent fixé à 60% du revenu médian. La France a résisté car le seuil de 50% était utilisé jusqu’en 2008. Le niveau de vie médian est celui qui sépare en deux parts égales l’ensemble : ici, la moitié de la population touche moins, la moitié touche davantage que 1 513 € en 2007. Par conséquent, 60% de ce montant donne 908 €.

L’Observatoire des inégalités remarque qu’aucun seuil n’est plus juste que l’autre, c’est une question de convention statistique. Par exemple, les États-Unis calculent en pauvreté absolue : le seuil en dessous duquel les personnes « manquent des ressources pour se nourrir suffisamment et avoir un logement et des vêtements permettant de rester en bonne santé ». Pour 2008, le seuil pour une personne seule s’élève à 866 $, soit 588 € (taux de change actuel).

Source : Observatoire des inégalités.

En savoir plus : www.inegalites.fr