Presse


Lettre aux médias n°19 du 6 septembre 2013


Édito

Image et réalité

Selon un sondage TNS Sofres de 2013 sur l’image des syndicats et la démocratie sociale, ces mêmes syndicats apparaissent aux yeux des Français peu en prise avec les seniors et les retraités. Pour seulement un Français sur 4, les syndicats sont « attentifs à défendre les intérêts » des seniors. Et pour un sur 5 ceux des retraités.
Ces chiffres prennent un relief particulier au regard d’une double réalité :
- Ils étaient 35 % en 2010 à partager cette opinion. Comment expliquer ce recul ?
- La baisse est d’autant plus sensible que les retraités ne sont que 16 % à partager cette opinion.
Dans le débat sur la réforme des retraites en cours, et demain sur nos initiatives vis-à-vis du projet de loi en préparation sur la perte d’autonomie, la CFDT Retraités, en lien avec toute la CFDT, n’a jamais autant développé les deux axes de son action revendicative :
- les retraités sont prêts à plus de solidarité intergénérationnelle, parce qu’ils ont une haute idée d’un vivre ensemble en société ;
- dans tous les cas de figures, il y a lieu de ne porter aucune contrainte supplémentaire, après notre enquête de début d’année, sur les basses pensions !
Nous nous y sommes tenus. Nous nous y tiendrons ! Et pas pour des questions d’image.

Michel Devacht, Secrétaire général de la CFDT Retraités


La CFDT Retraités à l’Assemblée nationale : Ne pénalisez pas les basses pensions !

Ombretta Frache, secrétaire nationale de la CFDT Retraités a été auditionnée le 4 septembre dernier par le groupe socialiste, radical et citoyen de l’Assemblée nationale sur la question des retraités pauvres. Elle a porté les propositions de la CFDT Retraités sur quelques points spécifiques de la réforme des retraites en cours. Plusieurs mesures devraient concerner les retraités actuels. Elles s’expliquent dans un contexte où les efforts de redressements des finances des comptes de l’assurance vieillesse sont partagés entre les actifs, les employeurs et les retraités. Pour la CFDT Retraités, la solidarité doit se concrétiser, mais les retraités modestes doivent être épargnés.
1. Le report du 1er avril au 1er octobre de la revalorisation des pensions
Cette mesure, qui est un gel des pensions durant six mois, se traduit par une perte de pouvoir d’achat qui est insupportable pour les petites pensions. La CFDT a déjà demandé que cette mesure ne s’applique pas aux petites pensions inférieures au seuil de pauvreté, soit 960€ par mois. La CFDT Retraités demande à ce qu’on aille plus loin et que cette mesure ne concerne pas les pensions inférieures au SMIC net. La ministre des Affaires sociales a d’ores et déjà annoncé que l’Aspa, qui est une aide sociale versées aux personnes âgées disposant de faibles ressources, sera bien revalorisée au 1er avril. 600 000 personnes âgées sont concernées par cette décision. Etendre cette disposition à celles qui vivent en dessous du seuil de pauvreté permettrait de préserver 1 million de personnes âgées supplémentaires.
2. La forfaitisation de la majoration de pension de 10% pour 3 enfants et plus
La majoration de pension (10% supplémentaires pour 3 enfants et plus) est un dispositif de solidarité qui bénéficie davantage aux pensions élevées, puisqu’il est proportionnel à la pension. Il bénéficie aussi davantage aux hommes qu’aux femmes dont les pensions restent inférieures de plus de 30% à celles des hommes, alors que ce sont elles qui élèvent, souvent en interrompant leur travail, les enfants du couple. La CFDT Retraités est donc favorable à une redistribution de cet avantage familial sous la forme d’une allocation forfaire, égale pour tous, dès le premier enfant. Mais elle regrette que cette mesure n’intervienne seulement qu’à l’horizon 2020. Les mesures qui vont le sens d’une réduction des inégalités hommes/femmes en matière de retraite sont urgentes, si on veut combattre plus radicalement ces inégalités.
3. La fiscalisation de la majoration de pensions de 10% pour 3 enfants et plus
La situation actuelle procure un avantage d’autant plus substantiel que les retraites sont élevées. Mais cela n’a aucun effet pour les retraités qui ne sont pas imposables. Cependant la fiscalisation de la majoration de pension pourrait, en raison des effets de seuil, rendre imposables des retraités qui aujourd’hui ne le sont pas. Avec des effets induits : fin de l’exonération de la CSG ou de certaines taxes (taxes d’habitation, redevance TV).

Dominique Fabre, représentante CFDT à la CNSA

Depuis le 9 juillet, Dominique Fabre, secrétaire nationale de la CFDT Retraités, siège, en qualité de titulaire, à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) au titre de la Confédération. En 2013, la CNSA gère un budget de 21,1 milliards d’euros (11,3 milliards destinés aux personnes âgées et 9,8 milliards destinés aux personnes handicapées).

Perte d’autonomie : conférence de presse le 3 octobre

Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge du dossier, prépare pour les semaines qui viennent un projet de loi sur la prise en compte du vieillissement et la perte d’autonomie. La CFDT Retraités présentera ses propositions sur ce sujet le jeudi 3 octobre lors d’une conférence de presse, au siège de l’Union confédérale des retraités 49 avenue Simon Bolivar Paris 19 en fin de matinée.

Médias et retraités

La CFDT Retraités remercie toutes les rédactions qui fin août ont sollicité ses analyses et témoignages sur la réforme en cours des retraites. Une collaboration que nous souhaitons enrichir davantage.

Votre contact presse : Daniel Druesne - CFDT Retraités 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19 - Mobile : 06 87 72 86 04 - daniel.druesne@retraites.cfdt.fr