Presse


Lettre aux médias n°20 du 25 septembre 2013


Édito

Urgences !

On aimerait en faire un épisode dans la série télé avec George Clooney et son « What else ? » caféiné. Ou en appeler à Patrick Pelloux et son coup de gueule qui se poursuit depuis dix ans, sur l’état des services des urgences dans tous les hôpitaux publics. Mais ce n’est ici ni télé, ni fonctionnement des hôpitaux, mais simplement de souffrance. La souffrance des personnes ! La souffrance de ceux qui perdent leur autonomie. Et la souffrance des aidants !
Cela fait sept ans que la France attend ! On a multiplié les études, les enquêtes, les conciliabules, les groupes de travail, les concertations, les rapports sous tous les angles ! Les armoires en sont pleines. La CFDT Retraités l’affirme aujourd’hui : « Tout le monde est à bout ! » : les personnes qui sont conscientes de la dépendance qui les gagne progressivement ; les aidants qui n’en peuvent plus entre les déséquilibres personnels - et, pour la moitié d’entre eux, professionnels - qui les gagnent ; et les retraités modestes qui n’ont même pas les moyens de faire appel à la solidarité nationale et qui se terrent « au domicile ».
Plus encore, la prise en charge de la perte d’autonomie, via l’APA, devient une arme politicienne, une menace, une monnaie d’échange aux mains des conseils généraux. Les logiques comptables, électorales, et des niches fiscales à protéger ont rarement été une réponse à la justice et à l’héritage que nous laissent nos aînés !
Voilà sept ans que l’on attend ! Entre l’inanité de l’ère Sarkozy sur le sujet, et les hésitations budgétaires et d’opportunité de la présidence Hollande, cela suffit ! Aujourd’hui, nécessité fait loi ! Dans sa sagesse, Platon considérait que « la nécessité est la mère de l’invention ». Et parce que c’est nécessaire et même si c’est difficile, il nous revient d’inventer une société à la hauteur des enjeux auxquels nous avons à répondre et qui respecte ses anciens. Pour notre part, au risque de la critique teintée de populisme, nous prenons nos responsabilités dans les propositions qui sont les nôtres !
Sept ans, cela suffit ! Monsieur le Président, honorez votre engagement de janvier 2013 : « La réforme sera prête d’ici la fin de l’année ! » La CFDT n’attendra pas l’an prochain !

Michel Devacht, Secrétaire général de la CFDT Retraités


Conférence de presse : La CFDT Retraités présentera ses analyses, propositions et engagements sur la perte d’autonomie le jeudi 3 octobre à 11 h lors d’une conférence de presse, au siège de l’Union confédérale CFDT des retraités, 49 avenue Simon Bolivar, Paris 19 (11e niveau)


6 octobre : Journée nationale des aidants

Notre pays compte 10 millions d’aidants « pour le grand âge », le handicap et la maladie. Ils représentent l’équivalent d’une dépense de 164 milliards d’euros, à comparer avec les 240 milliards d’euros de dépense de santé annuelle ? Qui s’est rendu compte que ces personnes contribuent sept jours sur sept à rendre la vie plus douce à des millions de personnes, de tout âge ?
Pour assumer leur rôle, les aidants ont besoin de rester en bonne forme et d’être accompagnés sur le plan de leur santé. 46 % d’entre eux sont dans la vie active. Cette situation les oblige, parfois, à réduire leur temps de travail quand il ne s’agit pas de quitter de façon temporaire ou définitive l’entreprise.
À l’occasion de la 4e journée nationale des aidants, la CFDT Retraités, dans ses revendications sur la prise en charge de la perte d’autonomie prend toute la mesure du problème. Mais elle veut aussi intégrer dans cette problématique la question des aidants professionnels qui exercent un métier trop peu valorisé qui échappe aux nécessaires formations auxquels les professionnels ont droit.

Naissance d’un réseau national des Conseils de la vie sociale

Depuis 2002, chaque établissement accueillant des personnes âgées doit mettre en place un conseil de vie sociale (CVS) qui facilite l’expression des personnes accueillies et de leur famille. Il participe ainsi au fonctionnement des établissements.
Une première rencontre nationale le 11 septembre, à l’initiative de la CFDT Retraités, a connu un intérêt certain. Les participants ont exprimé le besoin d’engager un travail en réseau au plan territorial et national pour échanger les bonnes pratiques et développer l’investissement des adhérents CFDT dans cette instance.
Observer le fonctionnement et l’état d’une maison de retraite, entendre et recueillir les attentes, les réclamations et questions des résidents et des familles font partie des missions du CVS. C’est l’occasion aussi de connaitre les fonctions et missions du personnel, leurs contraintes, d’élaborer des demandes individuelles en questions et propositions collectives, de créer un réseau des familles pour être représentatif…
Le savoir syndical favorise l’engagement dans le CVS. En Moselle, dans l’Indre-et-Loire, à Lille, dans le Jura et l’Essonne, des présidents de CVS en Ehpad, issus de la CFDT, expriment leurs compétences et le plaisir de faire vivre cette instance.
Les CVS concernent la démocratie sanitaire et sociale de proximité, les droits fondamentaux de l’individu. Les expériences confirment cette instance comme un instrument de la bientraitance par la prévention et le dialogue entre tous les acteurs. Que ce soit les résidents, les personnes à domicile, les familles, les salariés, la direction. Les CVS ont un avenir, si les organisations syndicales et les associations s’en mêlent avec leurs adhérents.

Votre contact presse : Daniel Druesne - CFDT Retraités 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19 - Mobile : 06 87 72 86 04 - daniel.druesne@retraites.cfdt.fr