Presse


Lettre aux médias n°22 du 27 novembre 2013


Edito :

Perte d’autonomie : Pour que la loi ne s’enlise pas !

Caravane au centre-ville de Strasbourg, présence sur les marchés à Limoges, 1 000 cartes distribuées à la foire internationale de Clermont-Ferrand, forums des associations, lettres aux parlementaires, relations avec les médias régionaux un peu partout en France… Depuis deux mois, toutes les occasions sont saisies pour poser le problème, favoriser la prise de conscience et la réflexion responsable.
Notre campagne « Pour une prise en charge de la perte d’autonomie pour tous financée par tous » porte ses fruits puisqu’après le report annoncé du projet de loi, un engagement gouvernemental a été pris pour 2015. Le Premier ministre va lui-même présenter les grands axes de cette loi d’orientation et de programmation vendredi 29 novembre.
A une période où les agitations en tous genres font la une, on aurait tort d’ignorer les sillons que tracent les pétitions qui se multiplient dans le champ gérontologique. Des associations ont rejoint notre initiative. Mieux, le site AgeVillage s’y est associé.
La CFDT Retraités, grâce à son travail de proximité et l’engagement de ses militants peut, à ce jour comptabiliser 34 012 cartes pétitions signées par des anonymes et remises, en régions, aux préfets.
C’est une première étape. La CFDT Retraités reste mobilisée.

Michel Devacht, Secrétaire général de la CFDT Retraités


Le vieillissement : un défi à assumer par tous et pour tous

Au 26 novembre 2013, 34 012 personnes ont signé cette pétition !
« Monsieur le Président de la République,
« Oui, j’ai pris connaissance des propositions de la CFDT Retraités concernant la prise en charge de la « perte d’autonomie et son financement. Oui, je les partage. Oui, je m’engage à les soutenir. »

Le vieillissement de la population est un défi à assumer pour et par toutes les générations. La CFDT s’est engagée depuis longtemps sur le financement de la perte d’autonomie des personnes âgées. Elle veut un accompagnement social, médical et financier qui respecte la dignité de la personne.
Elle revendique :
- un développement de la prévention, dès le plus jeune âge ;
- une adaptation des logements, des transports et de l’urbanisme pour un maintien à domicile de qualité ;
- une amélioration de la qualité de l’hébergement collectif ;
- une réduction du reste à charge de la personne et/ou de sa famille tant à domicile qu’en établissement ;
- un accompagnement pour les aidant(e)s par une formation, des temps de répit et d’écoute ;
- une augmentation du nombre de professionnels, un renforcement de leur formation, une valorisation de leurs compétences ;
- un droit universel à la prise en charge de la perte d’autonomie sans considération d’âge.

La CFDT Retraités revendique donc le budget nécessaire à cet accompagnement. Pour elle, deux exigences. Le financement doit être partagé par tous. Et les prélèvements supplémentaires, éventuels, doivent être expressément et exclusivement réservés à cette prise en charge. Pour améliorer la prise en charge de la perte d’autonomie, la CFDT Retraités propose trois pistes :
- Harmoniser le taux de CSG de 6,6% des ménages de retraités imposables sur celui des salariés à 7,5%.
- Etendre la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie(CASA) à l’ensemble des revenus des actifs (non-salariés) et en affecter les recettes à la perte d’autonomie.
- Imposer l’ensemble des transmissions du patrimoine (successions et donations).
Il faut également travailler à une meilleure répartition de la prise en charge financière de la perte d’autonomie des personnes âgées entre les conseils généraux (70% de l’APA) et la Caisse nationale de solidarité à l’autonomie (CNSA = 30%).

Réforme des retraites : rien pour les basses pensions !

La loi portant réforme des retraites vient d’être définitivement adoptée. Seul le« minimum vieillesse » sera revalorisé au 1er avril. Cette aide sociale destinée aux personnes âgées qui ont peu ou pas du tout cotisé à l’assurance-vieillesse, devrait d’ailleurs être revalorisée deux fois en 2014. Mais aucune mesure n’a été prise pour préserver toutes les petites retraites du report de 6 mois de la revalorisation.

Les quelque centaines de milliers de retraités, qui perçoivent, parfois pour une carrière complète, une retraite contributive inférieure ou à peine supérieure à cette allocation sociale (dans la limite de 787,26 euros mensuels pour une personne seule) ne sont pas concernés. Le report du 1er avril au 1er octobre de la revalorisation des retraites leur fera subir une perte de pouvoir d’achat. La CFDT Retraités ne se satisfait pas de cette mesure intolérable ! Elle reste déçue que le Gouvernement n’ait pas jugé nécessaire d’améliorer la loi pour protéger toutes les pensions inferieures au Smic net.

Par ailleurs, la ministre de la Santé a annoncé le relèvement de l’aide à la complémentaire santé (ACS). La CFDT Retraités en prend acte. Mais le véritable problème est celui des seuils de ressources pour en bénéficier (966 euros mensuels pour une personne seule). Cette condition de ressources écarte encore un trop grand nombre de personnes à revenus modestes. Pour de nombreuses personnes âgées, le coût d’une complémentaire santé reste prohibitif.

Votre contact presse : Daniel Druesne - CFDT Retraités 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19 - Mobile : 06 87 72 86 04 - daniel.druesne@retraites.cfdt.fr

Poser une question

modération a priori

La réponse à votre question sera apportée par un militant retraité bénévole... Merci de noter le numéro de cette fiche pour la retrouver avec la réponse...

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici