Notre activité


Lévirat, Sororat et secret professionnel


Très pratiqués dans l’Antiquité notamment par les Hébreux, les Babyloniens, le lévirat et le sororat se pratiquent encore parfois dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest comme le Burkina Faso et le Sénégal.

Lorsqu’une femme mariée devient veuve, selon le lévirat, elle devrait épouser le frère de son ancien mari décédé. De même, le sororat obligerait un mari devenu veuf à épouser la sœur de sa défunte épouse. Si les défunts sont décédés par exemple d’une maladie sexuellement transmissible, doit-on en informer leur futur conjoint avec le risque d’entraîner un refus du respect des traditions et un rejet de la communauté ?

Comme le souligne l’avis, si ce cas est extrême, il ne doit pas conduire à ne pas respecter le secret professionnel, mais à s’interroger sur la mise en œuvre d’une meilleure information et éducation sur les maladies concernées et faire preuve d’une plus grande tolérance vis-à-vis des malades.