Actu revendicative


Lire et faire lire, la nouvelle passion de Thérèse


Plaisir de lire, plaisir de partager, de transmettre, Thérèse Derymacker est engagée dans la jeune association nationale « Lire et faire lire » qui compte 12 000 séniors bénévoles de plus de 50 ans.

« Le contact avec les enfants est formidable » nous livre Thérèse Deryemacker, cette adhérente à la CFDT Retraités consacre un jour par semaine dans trois écoles et quatre classes de Moissy Cramayel en Seine-et-Marne. Sa fille institutrice l’a entraînée dans cette démarche. « Au départ je me demandais à quoi cela servait, puis avec les conseils de l’association j’ai bien accroché. L’expérience avec mes propres petits-enfants m’a aidée. »

« Pour les enfants des milieux populaires, c’est souvent la première fois qu’on leur lit une histoire, c’est pour eux une découverte. Je les retrouve en petit groupe de 6 à 8 élèves d’une même classe pendant une heure chaque semaine. On ne fait pas que lire devant eux, je vérifie qu’ils ont compris, je leur laisse poser des questions, je leur explique des mots. »

Et Thérèse de poursuivre : « Quand on lit à haute voix pour d’autres, ce n’est pas pareil que de lire pour soi-même, on est là pour donner du plaisir, pour leur transmettre le goût de lire. Pour cela, on doit choisir un livre, une histoire qui nous parle, qui me plait. J’arrive ainsi à trouver le ton juste. Les élèves le ressentent. Dès que j’arrive dans le groupe, je sens que je suis attendue.

Dans les rues de ma ville, les enfants m’interpellent, quand on ne peut pas venir, les élèves et les enseignants sont déçus. D’autres bénévoles de la commune vont aussi transmettre ce goût dans un centre de rétention du département. »

La voie de la voix

Les trois bénévoles de la ville ne sont pas seuls, l’association « Lire et faire lire » les accompagne dans des rencontres annuelles. Tout aussi important, il faut que les instituteurs et le directeur de l’école partagent cette démarche. Avec les bibliothécaires de la ville, ils sont impliqués dans le choix des livres. « Cette activité est vraiment complémentaires de la scolarité, souligne Thérèse.

C’est différent du métier d’enseignant, mais cet apport extérieur est très bénéfique pour leur enseignement. Quand je vois toutes les difficultés sociales des élèves et celles des enseignants au bord de l’asphyxie de par la suppression de personnels, je vérifie l’utilité de notre intervention ».

Pour Thérèse, « les enfants sont l’avenir de notre pays. Leur donner le plaisir de lire, de maîtriser les mots, le langage c’est les préparer à l’école de la vie ». Cette ancienne militante CFDT du conseil général du Val-de-Marne, en donnant sa voix et son temps, a trouvé sa voie. Le contact avec les enfants est devenu pour elle essentiel. Merci Mamie Thérèse.

Jacques Rastoul

Enfants et seniors s’enrichissent

Inspirée d’une action menée à Brest, initiée par l’écrivain Alexandre Jardin, l’association nationale « Lire et faire lire » est née en 1999. Elle touche chaque année 250 000 enfants dans 5 500 écoles et structures éducatives (associations socio culturelles, centres de loisirs, structures médico-sociales, bibliothèques).

Les 12 000 bénévoles sont tous des retraités et des personnes âgées de plus de 50 ans qui peuvent consacrer une ou plusieurs heures par semaine. La démarche est centrée sur le plaisir de lire et la rencontre entre les générations.

« Lire et faire lire » ne se substitue pas à l’enseignement, ni au soutien scolaire. C’est simplement un plaisir partagé entre adultes et enfants volontaires qui favorise l’épanouissement et la réussite scolaire de l’enfant. Cette approche donne aux enfants une autre image de la vieillesse et combat l’exclusion verbale et culturelle qui est souvent plus tard source de violence.

120 écrivains sont impliqués dans cette action. Des jeunes en service civique sont engagés comme développeurs régionaux. Cette association, soutenue par les pouvoirs publics et quelques mécènes, est portée par le Ligue de l’enseignement et l’Union nationale des associations familiales (Unaf).

Pour en savoir plus :

www.lireetfairelire.org

Thérèse le constate : « C’est souvent la première fois qu’on lit une histoire à ces enfants. »