Notre activité


Manifeste Ferpa des femmes du 8 mars 2016


Pour la Journée internationale de la femme le 8 mars, nous, membres du comité des femmes Ferpa, condamnons la situation difficile et complexe à laquelle sont confrontées les femmes âgées. Extraits de la déclaration de Carla Cantone, secrétaire générale de la Ferpa.

Pour changer cette situation, la Ferpa propose.

- Le salaire annuel moyen des femmes doit atteindre le même niveau que celui des hommes. En 2014, les femmes recevaient, en moyenne, un salaire horaire 16 % inférieur à celui des hommes. Cet écart salarial est lié au fait que les femmes ne sont pas aussi bien intégrées sur le marché du travail. En d’autres termes, l’écart professionnel donne lieu à un écart salarial, ce qui engendre que les femmes reçoivent des pensions moindres. Le revenu issu du système de pension contributif pour une femme représente à peine 61 % de celui d’un homme. En conséquence, les femmes retraitées sont plus pauvres ;
- toute discrimination en lien avec des conditions autres que la norme majoritaire – comme l’incapacité ou la dépendance, la race, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, la religion, l’opinion politique, le type d’hébergement, etc. – est un facteur clé dans un débat ou une politique ;
- la situation des femmes âgées n’est pas suffisamment visible. Un effort est nécessaire pour que les femmes âgées soient reconnues et comprises dans le groupe des personnes âgées en général, et pour favoriser leur accès à de plus grandes opportunités d’égalité ;
- les femmes âgées sont le groupe ayant souffert du plus grand niveau d’inégalité ces dernières décennies, et, pendant de nombreuses années, elles ont représenté la tranche de population avec les pensions les plus basses. Elles restent très vulnérables à la pauvreté, étant donné qu’elles ont moins de ressources et de soutien quand cela s’avère nécessaire.

Les femmes présentent de moins bonnes conditions de santé. Elles souffrent de maladies spécifiques et plus fréquentes liées à la vie quotidienne, une situation en contradiction avec la baisse de qualité du système public de soin de santé et la détérioration de la couverture santé des citoyens. Tout cela a un impact très négatif sur la santé des femmes âgées.

Une espérance de vie plus longue ne peut pas être une bonne nouvelle pour les femmes âgées, si cela entend une vie en mauvaise santé, dans la pauvreté et dans la solitude.

Nous avons besoin d’une loi relative à la dépendance qui met fin aux problèmes très sérieux auxquels font face de nombreuses femmes en situation de dépendance ainsi que leur famille. En effet, à l’heure actuelle, ceux qui reçoivent des soins sont généralement pris en charge par les femmes de la famille.

La plupart des centres d’accueil sont privés et réclament des sommes totalement inabordables pour les personnes âgées.

Pour atteindre ces objectifs, nous devons tous nous impliquer et il est essentiel que nous puissions travailler ensemble.