Notre activité


Michel Macé, militant tout au long de sa vie


À 84 ans, Michel Macé demeure un militant aussi engagé qu’il l’a été dans sa vie professionnelle.

L’exercice de ses responsabilités au Coderpa d’Ille-et-Vilaine a permis la création et surtout une réelle opérationnalité du conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA).

De l’emploi des jeunes…

Michel Macé a commencé tôt son parcours syndical. Il situe son investissement lorsqu’il a créé, en 1956, une section CFTC aux Ponts et Chaussées, à Rennes, en voulant couper court au monopole CGT sur le terrain et à celui de FO dans les bureaux. La deuxième étape est l’entrée dans l’interprofessionnel en Mai 1968. Une période où son engagement prend de l’ampleur, où les rencontres en intersyndicale permettent une implantation de la CFDT plus importante. Président de l’Union locale de Rennes et ensuite de l’Union départementale d’Ille-et-Vilaine, de 1972 à 1993, il porte les valeurs de la CFDT dans des organismes significatifs sur le terrain rennais. Ainsi il rejoint en 1984 le Codespar (conseil de développement économique et social du pays de Rennes). Dans le domaine de l’emploi, il a participé au Comité de liaison des bassins d’emploi auprès du ministère du Travail. À ce titre, il a pris part à une mission, à Bruxelles, sur les échanges de bonnes pratiques. Pilote Emploi Jeunes, il a collaboré à différents colloques sur l’emploi des jeunes et il a participé à la création de près de 200 emplois. Délégué au titre du collège salariés, il a été membre du conseil économique et social régional.

… aux revendications pour les personnes âgées

À la retraite en 1996, il a poursuivi son engagement à la CFDT Retraités. Il quitte le Codespar en 2005 et prend la présidence du comité départemental des retraités et personnes âgées (Coderpa) durant deux mandats. Il a ensuite continué à soutenir l’action de la CFDT en participant à la mise en place du CDCA. Cette nouvelle instance s’est bien implantée car l’action, dont il a été le responsable pendant 6 ans, a eu pour conséquence une mobilisation afin de répondre aux missions attribuées au CDCA. Plus en retrait maintenant, Michel reste un compagnon fidèle de la commission « Santé Autonomie » de l’UTR 35.
Pour lui, pas de ruptures dans son engagement. « Ce que nous défendons aujourd’hui, ce sont les déclinaisons actuelles de ce que nous avons toujours défendu à la CFDT. » Son arrivée au Coderpa en 2007 a été un changement. Le secteur des retraites et des personnes âgées n’était pas son domaine. Mais la défense de « l’interpro » et le sens donné aux actions de proximité et d’échange sont transposables à d’autres sujets.
Il attache de l’importance aux confrontations d’idées, à l’esprit de synthèse qui prévaut dans les travaux de la CFDT. Les points de vue différents, les événements perçus avec des aspects variés font pour lui la richesse de la CFDT qu’il a toujours priorisée. Il a refusé des engagements qui ne lui auraient pas permis de continuer son militantisme syndical. Mais il a toujours préservé sa vie familiale en refusant d’être permanent CFDT : il ne voulait pas avoir « une vie de dingue » comme certains. Son attachement à sa vie professionnelle – technicien Ponts et Chaussées – a aussi été un facteur de stabilité lui permettant de mieux ancrer sa pratique syndicale.

Toujours en soutien aux jeunes… retraités

Aujourd’hui, il apporte des encouragements pour les plus jeunes des retraités. Il aide à la réflexion et permet à chacun de prendre sa place. La reconnaissance et la lucidité sont, pour lui, importantes : « Il faut savoir discerner les propositions de compromission et les refuser. » Michel est un exemple de ce que peut apporter chacun à la CFDT Retraités. Son parcours militant est important, mais au-delà des responsabilités, Michel reste « à sa juste mesure », et le grand âge arrivant, il demeure un soutien précieux pour le militantisme CFDT.

Françoise Marchand

Emploi, jeunes, grand âge, à l’affût des bonnes pratiques.