Actu revendicative


Michèle Delaunay prépare une grande loi pour 2015


Le 5 juillet, l'UCR-CFDT était reçue par Michèle Delaunay, ministre déléguée, chargée des Personnes âgées et de la Dépendance. Les différents dossiers concernant les retraités et personnes âgées ont été évoqués par la délégation CFDT qui s'est appuyée sur les conclusions et les 7 000 réponses à notre enquête sur la perte d'autonomie.

La réflexion élaborée de longue date et le positionnement clair de la CFDT Retraités ont trouvé un écho « très positif » près de Michèle Delaunay. La prévention de la perte d’autonomie, les conditions du soutien à domicile, l’adaptation du logement, l’amélioration des conditions de transports pour conserver une vie sociale ont été au cœur des sujets à traiter durant la mandature.

Le reste à charge pour les personnes en Ehpad, l’amélioration de la situation des aidants familiaux par l’organisation de temps de répit, d’une formation et d’un regard sur leur déroulement de carrière (les femmes restent là encore les plus concernées) sans oublier les questions de financement ont également été identifiés comme points à prendre en compte.

On a aussi beaucoup parlé, lors de ce temps de rencontre, reconnaissance et attractivité des métiers et perspectives de carrières en fonction du degré de dépendance de la personne âgée prise en charge par les personnels. Quelques expérimentations sont d’ailleurs en cours sur le sujet dans le Sud-Ouest.

Les « vieux pauvres »

Même si ce dossier ne concerne pas directement la ministre, la CFDT Retraités a attiré son attention sur les basses pensions et les difficultés rencontrées par les retraités très âgés. Le niveau des pensions est un facteur essentiel pour le pouvoir d’achat des retraités. Il a aussi des répercussions importantes sur le report du déclenchement de la perte d’autonomie.

L’accès aux soins des personnes retraitées et âgées a été le dernier dossier présenté. Une insistance a été portée sur la difficulté d’accès aux complémentaires pour une grande majorité des retraités. Cela entraîne une augmentation des renoncements aux soins compte tenu du coût des prothèses, des dépassements d’honoraires, et de la désertification des professionnels de santé dans certaines zones.

La ministre a montré beaucoup d’intérêt à ces propos, a partagé ses interrogations sur certaines de nos propositions, notamment sur les retraités pauvres : « Les vieux pauvres sont des vieilles ! » a-t-elle constaté.

« Avec vous »

Michèle Delaunay a aussi précisé son plan d’action et ses échéances. Objectif : « Faire acter une grande loi » sur la perte d’autonomie des personnes âgées dans un délai raisonnable dont le curseur se situerait à mi-mandat. Cette loi couvrira la perte d’autonomie en allant de la prévention à la fin de vie. Elle axera les efforts sur le soutien, et non sur le seul maintien à domicile. Elle intègrera un volet prévention important. La ministre pense aussi qu’une hausse de la CSG sera acceptée si elle est bien fléchée.

Reste la question des Ehpad, pour qu’en plus grand nombre, elles répondent aux attentes des personnes âgées et leurs familles, qu’elles soient donc massivement médicalisées pour prendre en charge les personnes âgées qui arrivent en établissement en forte perte d’autonomie. Nourrie de son expérience professionnelle (médecin hospitalier), la ministre semble avoir déjà une vue du futur projet de loi qu’elle prépare. La CFDT Retraités, quant à elle, a pris date : « Mes conseillers ne se gêneront pas pour approfondir avec vous tel ou tel dossier » a conclu la ministre.

Dominique Fabre

Repères

Déjà avec le Comité national des retraités et personnes âgées
Michèle Delaunay avait préalablement souhaité recevoir le 31 mai dernier les membres du bureau du CNRPA dont elle est la présidente en sa qualité de ministre déléguée aux personnes âgées.
Ceux-ci ont évoqué le reste à charge en cas d’hébergement des personnes âgées, le problème des mutuelles, la tva sociale, l’importance du maintien à domicile et la formation des personnels.
Au nom de la CFDT, Dominique Fabre a pointé plus particulièrement le rôle important de la prévention dès le plus jeune âge (éducation, santé, niveau de qualification, conditions de travail…). Le CNRPA serait renouvelé à la fin de cette année et la journée nationale du CNRPA se déroulera le 4 octobre.