Notre activité


Négociations retraites complémentaires prolongées


La 5e séance de négociation sur l’avenir des retraites complémentaires, qui s’est déroulée le 22 juin, devait être la dernière. Elle s’est achevée sur un constat de désaccord sur un nouveau planning de travail relatif à la définition des modalités de pilotage du Nouveau régime unifié (NRU) souhaité par la CFDT.

Depuis février dernier, quatre séances de négociation ont eu lieu, plusieurs réunions bilatérales ont été organisées, et deux propositions patronales ont été discutées, puis rejetées. Une troisième version du projet d’accord proposé par la délégation patronale a été transmise aux organisations syndicales. Si cette nouvelle proposition semble, en apparence, tenir compte des demandes formulées, elle reste, sur le fond, inacceptable. Aucun effort n’est demandé aux entreprises : toute augmentation des cotisations demeure exclue dans ce projet.

Une 6e réunion de négociation a été programmée le 16 octobre. D’ici là, des réunions bilatérales seront planifiées, et un groupe de travail organisé par les services de l’Arrco-Agirc a été mis en place. Il travaille sur l’architecture et les modalités de pilotage du Nouveau régime unifié. Cela devrait permettre d’avancer sur ce projet de réforme structurelle et d’en clarifier les lignes directrices.

Chacun savait que cette négociation importante pour l’avenir des retraites des salariés du privé serait difficile, car la situation des régimes n’autorise pas le statu quo. Les propositions patronales visent à imposer un report de l’âge à la retraite, alors même que la loi prévoit, à condition d’avoir cotisé la durée exigée, un départ à 62 ans, voire 60 ans pour les carrières longues. La CFDT est consciente que des efforts sont nécessaires pour garantir la pérennité des régimes. Ceux-ci doivent être justes et doivent s’articuler avec la mise en place d’un régime unifié garantissant un équilibre à long terme pour tous les salariés et retraités.