Nos déclarations


Non, Monsieur le Président, la dépendance n’est pas à vendre !


La CFDT Retraités manifeste sa profonde opposition aux pistes lancées par le président de la République devant le Conseil économique, social et environnemental à propos du débat sur la dépendance.

En pesant dans le débat de façon aussi nette, le président nie le rôle des groupes de travail gouvernementaux et régionaux qui doivent contribuer à la réflexion et tourne une fois de plus le dos à la concertation.

En excluant toute solution publique nationale, le président ouvre la porte aux assureurs au détriment de la solidarité.

En rejetant toute forme de contribution nationale, le président tourne le dos à des solutions collectives et justes où chacun aurait une participation à hauteur de ses moyens.

La CFDT Retraités affirme que d’autres voies sont possibles :
- Les conséquences du vieillissement de la population sont un enjeu national. C’est d’abord à l’État d’assurer ses responsabilités et non à des opérateurs privés.
- L’enjeu ne se limite pas à la question du financement de l’APA et doit être repensé à partir des besoins des personnes en perte d’autonomie.
- Une contribution de tous sur des bases solidaires et justes est possible. Les salariés, les retraités et les non salariés doivent être sollicités en fonction de leurs capacités financières. Une taxation de toutes les transmissions de patrimoine doit être envisagée.
- Le reste à charge intolérable des familles est lié aussi au coût des tarifs d’hébergement en maisons de retraite.
- La place et les règles des assurances privées complémentaires ne doivent pas être définies tant que la place très majoritaire du socle public de base n’a pas été garantie.

Non, la dépendance n’est pas à vendre aux assurances privées.