Nos droits


Offrir à ses proches son contrat obsèques


La mort n’est plus comme par le passé un sujet tabou, de plus en plus de personnes à l’aune de leur vie se penchent sur ce sujet. Le contrat obsèques est un moyen de garantir le respect de ses volontés, mais aussi d’épargner des soucis financiers à ses proches.

Il n’est pas toujours aisé de parler de sa mort avec ses proches. Pourtant arrivé à un certain âge, on y pense davantage. On sait par expérience que ce moment est difficile pour ceux qui restent. La perte de l’être cher est moralement douloureuse à supporter. Mais il faut en plus s’affronter à l’organisation des obsèques et autres tracas administratifs. Le contrat obsèques ne règle pas tout, mais c’est un moyen de faire face à ces complications. C’est une démarche d’amour pour les proches et d’expression de ses dernières volontés.

Il existe deux types de contrats obsèques : le contrat en capital qui sert à payer seulement les frais d’obsèques, et le contrat en prestations qui sert, lui, à prévoir le financement et l’organisation des obsèques.

S’agissant du contrat en prestations, plusieurs organismes sont habilités à distribuer ce type de contrat : les compagnies d’assurance, les mutuelles santé, les banques, les organismes de prévoyance ou encore les pompes funèbres.
- Vos cotisations sont fixées une fois pour toutes à la souscription du contrat.
- C’est une assistance pour que vos proches bénéficient d’un service complet.
- Cela permet d’organiser à l’avance votre cérémonie en toute sérénité.

Le texte de loi du 15 novembre 1887 (art. 3) stipule que « tout majeur ou mineur émancipé peut régler les conditions de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux ainsi que le mode de sa sépulture. Il peut charger une ou plusieurs personnes pour veiller à l’exécution de ces dispositions ». Le contrat obsèques reprend ces mêmes dispositions.

Du simple au double

Un bon contrat obsèques inclut le paiement total des frais funéraires. En moyenne le coût est autour de 4 000 euros.

Une annexe vous permettra de détailler vos dernières volontés : vous êtes catholique, vous désirez une messe dans l’église de votre enfance, ou une absoute… vous n’êtes pas croyant, vous désirez une allocution, de la musique, des chants. Tout cela est possible. Vous pouvez demander à être enterré (s’assurer que la concession existe), placé dans un caveau de famille, être incinéré. Dire, dans ce cas, comment disperser les cendres et où. Elles peuvent être enfouies dans la tombe ou placées dans un columbarium, ou encore dans la nature sous certaines conditions.

Refuser ou pas des fleurs, définir le type de cercueil, la plaque, le faire part… Tous ces éléments doivent être soigneusement négociés au moment de la définition du contrat avec l’organisme choisi. Le prix de la tarification sera établi en fonction des exigences posées. La cotisation peut être temporaire ou unique ou encore viagère (sous certaines conditions).

Les tarifs sont très fluctuants. Ils peuvent varier du simple au double. Il est vivement recommandé de sélectionner plusieurs opérateurs, d’obtenir des devis et de ne se déterminer qu’en toute connaissance de cause.

Georges Goubier

Tout peut être soigneusement préparé pour vivre pleinement le deuil. (Photo G. Goubier)