Nos déclarations


On ne brade pas la solidarité en période de crise


La CFDT Retraités s'oppose à des mesures pénalisant les malades : majoration du forfait hospitalier ou réduction du remboursement de certains médicaments. La libéralisation des tarifs des maisons de retraite serait une erreur.

Dans le contexte actuel de crise économique et de difficultés sociales, la CFDT Retraités réaffirme son attachement profond à une protection sociale solidaire. C’est dans des situations difficiles qu’un système basé sur la solidarité montre son efficacité au profit de ceux qui sont les plus vulnérables. Il serait à la fois injuste et inopportun de le remettre en cause.

La CFDT Retraités manifeste son opposition la plus totale à des mesures qui pénaliseraient les malades. La majoration du forfait hospitalier ou la réduction du remboursement de certains médicaments par les régimes de base ne sont pas des réponses adaptées à la situation. Elles sont injustes socialement et inadaptées économiquement. Les conséquences de la crise sur la sécurité sociale doivent se faire par des mesures fiscales et non par des économies sur le dos des malades déjà pénalisés par la généralisation des dépassements abusifs d’honoraires médicaux.

La CFDT Retraités affirme que la libéralisation des tarifs des maisons de retraite serait une erreur. Elle serait probablement source d’accroissement des disparités entre résidents et de difficultés financières importantes par la majoration des tarifs d’hébergement. Elle demande au gouvernement d’annoncer officiellement l’abandon de ce projet. Il doit donner des garanties pour que le montant des forfaits soins et dépendance accordés aux maisons de retraite puisse apporter une réponse adaptée aux besoins des personnes hébergées.

Le 18 septembre 2009.