Actu revendicative


Pas sans nous


Périodiquement la question est posée : « À quoi bon un syndicalisme Retraités ? » La réponse vient d'être donnée, en chiffres, en analyses, en actes, en témoignages, lors de la présentation de notre enquête sur les « Basses pensions » début février à Paris (voir le dossier de ce numéro).

À la CFDT Retraités, on ne se nourrit pas de slogans, mais de proximité, de réalités vérifiées, et de fidélité – on pourrait même dire d’entêtement – aux côtés des personnes et des situations précaires.

Chacun désormais souligne la pertinence de l’enquête « Basses pensions » que les militants ont conduite, parfois à bout de bras, durant le dernier trimestre 2012. Ne nous en cachons pas : cette initiative est un vrai succès. Les journalistes se sont montrés attentifs aux débats. Plusieurs personnalités soulignent le rôle d’une « organisation syndicale, relais d’un groupe social par nature discret et modeste. »

Face aux tentatives de stigmatisation en tous genres des « assistés » comme « des nantis », et devant les fausses querelles qui bloquent le discours politique, nous faisons preuve de liberté, de courage et d’audace.

Nous devons poursuivre l’analyse de l’enquête, de façon plus qualitative, grâce en particulier aux dizaines d’entretiens qui s’en suivent. Nous devons réactualiser nos revendications sur cette question. Nous devons améliorer nos méthodes de travail pour mieux garantir encore notre pertinence et notre proximité.

Nous devons aussi soutenir les syndicats de salariés pour dénoncer avec eux les traitements qui, durant la période d’activité, provoquent trop de ruptures sociales au moment de la retraite. Car c’est bien durant les carrières professionnelles qu’il faut traiter de ces questions.

Ces sujets avanceront avec d’autres que nous. Mais, là comme ailleurs, pas sans nous !

Michel Devacht,
Secrétaire général