Actu revendicative


Pour que la loi sur la perte d’autonomie ne s’enlise pas !


266 lieux couverts, 69 600 tracts distribués… La CFDT Retraités, grâce à son travail de proximité et l’engagement de ses militants pouvait, début décembre, comptabiliser 34 038 cartes pétition signées par des anonymes et remises, en régions, aux préfets.

Caravane au centre-ville de Strasbourg, présence sur les marchés à Limoges, 1 000 cartes distribuées à la Foire internationale de Clermont-Ferrand, forums des associations, lettres aux parlementaires, relations avec les médias régionaux un peu partout en France… Depuis octobre, toutes les occasions ont été saisies pour poser le problème, favoriser la prise de conscience et la réflexion responsable.

De marché en marché, de rencontre en témoignage, de conférence de presse en interview, tout au long de ces dernières semaines, la CFDT Retraités a démontré sa proximité, son opiniâtreté et sa capacité de réaction face à l’attente d’une loi sur la perte d’autonomie.

L’engouement et la mobilisation de nombreuses équipes, pour mener l’initiative « carte pétition perte d’autonomie », ont eu pour résultat de nombreux relais dans les médias qui sont remontés au plus haut niveau du Gouvernement. Selon certaines sources, Matignon n’a « jamais eu à prendre en compte de tels mouvements de la part des retraités ! ». L’engagement local a fait bouger les décideurs.

Notre campagne « Pour une prise en charge de la perte d’autonomie pour tous financée par tous » a donc porté ses fruits, puisque après le report annoncé du projet de loi, un engagement gouvernemental a été pris pour 2015. Dans la foulée, le Premier ministre a lui-même présenté les grands axes de cette loi d’orientation et de programmation le 29 novembre (voir page 15).

À une période où les agitations en tous genres font la une, on aurait tort d’ignorer les sillons que tracent les pétitions, qui se multiplient dans le champ gérontologique. Des associations ont rejoint notre initiative. Mieux, le site AgeVillage s’y est associé.

C’est une première étape. La CFDT Retraités reste mobilisée. Jusqu’à ce que la loi soit votée et mise en œuvre.

Daniel Druesne

Les réactions gouvernementales

Dès la fin octobre, Michèle Delaunay a voulu rassurer la CFDT Retraités sur ses intentions. En réponse au courrier adressé à la ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie, celle-ci répond : « Vous me faites part de votre attachement à la mise en œuvre rapide d’une réforme de la perte d’autonomie… Soyez assurés que le Gouvernement […] prendra toutes les dispositions nécessaires pour mener à bien cette réforme qui doit permettre à la société de s’adapter à l’avancée en âge… Il est déterminé à conduire cette réforme de société tant attendue par nos concitoyens et prendra les mesures nécessaires pour répondre aux défis de l’allongement de l’espérance de vie. »

De son côté, le secrétaire général adjoint de la présidence de la République confirmait mi-novembre la volonté et les intentions du Gouvernement sur le sujet.