Notre activité


Positions nuancées des français sur la prise en charge de la dépendance


La dépendance d’une personne âgée est définie comme un besoin d’aide pour réaliser des actes de la vie quotidienne, en raison d’incapacités durables. Une majorité (61 %), souhaite une prise en charge publique du financement de la dépendance...

Il existe différents niveaux de dépendance qui conditionnent le versement d’une aide matérielle aux personnes de plus de 60 ans, l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa).

Plus la dépendance est sévère, plus le montant de l’aide sera élevé. Celle-ci permet de prendre en charge une partie des frais nécessaires à l’intervention à domicile d’aidants professionnels, au portage de repas ou à l’acquisition d’aides techniques (téléalarme...).

Toutefois, une participation sous la forme d’un ticket modérateur est demandée aux ménages disposant de ressources supérieures au montant de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa ou ex-minimum vieillesse).

Les garanties dépendance relevant des assurances privées et des mutuelles représentent une très faible part de l’activité de ce secteur (moins de 1 % des cotisations et des prestations versées).

61% pour une prise en charge publique

La prise en charge de la dépendance relève donc essentiellement de la puissance publique. De fait, les Français, en majorité (61 %), déclarent vouloir que l’État et les pouvoirs publics prennent en charge le financement de la dépendance.

De même, la moitié d’entre eux souhaitent qu’une cotisation spécifique au financement de la dépendance soit créée. Toutefois, seulement un tiers estime que cette cotisation devrait être obligatoire pour tous, et 17 % qu’elle devrait l’être à partir d’un certain âge.

34% pour une cotisation obligatoire

À l’inverse, quatre Français sur dix jugent que la prise en charge financière des personnes âgées dépendantes devrait être du ressort des enfants ou des familles (27%) ou des personnes âgées dépendantes elles-mêmes (12%).

La moitié des personnes interrogées souhaiteraient que le financement de la dépendance pèse seulement sur les personnes qui veulent bénéficier d’une aide pour y faire face (48 %).

Moins d’un Français sur trois (29 %) souhaite que l’aide financière apportée aux personnes âgées dépendantes soit universelle, sans condition de ressources. Ce niveau est bien inférieur (-17 points) à celui des personnes se prononçant en faveur d’une aide universelle aux personnes handicapées.

71% pour une aide aux seuls faibles revenus

Une large majorité de Français préfère en effet réserver cette aide aux personnes dépendantes disposant de faibles revenus (71 %). La prestation spécifique dépendance (PSD), qui a été remplacée en 2002 par l’Apa, était justement réservée aux personnes dont les revenus ne dépassaient pas un certain plafond ; elle était en outre récupérable sur succession. Actuellement, l’Apa peut être versée à toutes les personnes dépendantes, son montant étant limité pour les personnes ayant des ressources plus importantes. Elle est donc ouverte à tous mais avec des montants pouvant être fortement modulés en fonction des revenus.

Source : Études et résultats n° 990, Drees.

Quelle la prise en charge publique de la dépendance selon l’opinion ?

Lecture : En 2015, 61 % des personnes interrogées pensent que « l’État et les pouvoirs publics doivent en priorité prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes.

Champ : Personnes habitant en France métropolitaine et âgées de 18 ans ou plus. Les personnes qui ne se prononcent pas sont exclues du tableau.
Source : Baromètre d’opinion DREES 2015.