Actu revendicative


Première séance de négociation sur les retraites complémentaires


La première séance de négociation sur les retraites complémentaires s'est tenue le 27 janvier. Cette négociation a pour objectif de renouveler les accords sur les retraites complémentaires et sur l'AGFF signés en 2003 par la CFDT, FO et la CFTC et qui viennent à expiration le 1er avril prochain.

Cet article utilise le compte rendu réalisé par les négociateurs et envoyé à toutes les organisations de la CFDT, dont les retraités que nous sommes.

Quatre articles rendent compte des négociatiions :
- Première séance de négociation sur les retraites complémentaires
- Deuxième séance de la négociation 2009 sur les retraites complémentaires
-  Troisième séance de négociation sur les retraites complémentaires
- Dernière séance de négociation sur les retraites complémentaires

Déclaration CFDT : d’abord assurer la retraite complémentaire avant 65 ans

Pour la CFDT, Jean Louis Malys exprime les conséquences de la crise sur l’état d’esprit des salariés : on trouve à la fois de l’anxiété, de l’incertitude et de la colère. Nous devions tenir compte de cette réalité et ne pas en rajouter. Au contraire, nous devons avoir comme objectif de rassurer. La meilleure manière d’y parvenir est d’abord de prolonger l’AGFF qui finance les surcoûts de la retraite avant 65 ans.

Nous devrons également intégrer les conséquences de la crise financière sur les régimes et prendre les dispositions pour en assurer l’équilibre à moyen terme. Par exemple, la CFDT accepte de jouer sur les avantages familiaux en essayant d’aller vers une harmonisation entre l’Arrco, l’Agirc et la Cnav sur la base de cette dernière (rappelons que la majoration des pensions est de 5% pour 3 enfants à l’Arrco, de 10% à la Cnav et peut aller jusqu’à 35% à l’Agirc).

Sur la proposition du patronat de décaler l’âge de départ à la retraite, pour la CFDT il n’est pas question de revenir sur la cohérence entre les règles du régime général (Cnav) et celles des régimes complémentaires : ces derniers sont bien complémentaires du régime de base et non l’inverse.

D’autre part, le choix a été fait de jouer, pour assurer l’équilibre des régimes, sur la durée de cotisation et non sur l‘âge : il pénaliserait ceux qui ont déjà les carrières les plus longues en concentrant les efforts sur cette catégorie.

Déclaration patronat : mesure d’âge plus tard

Le patronat déclare que pour assurer l’avenir et la pérennité à moyen terme des régimes, il faudrait jouer sur les cotisations ou l’âge de départ. Comme il n’envisage pas d’augmenter la charge qui pèse sur les entreprises en augmentant les cotisations, il choisit le levier de l’âge. Il ajoute qu’une mesure de ce type ne pourrait se mettre en œuvre que progressivement et, de ce fait, les salariés partant à court terme ne devraient pas être concernés.

Effets de la crise sur les régimes de retraite

La crise a des conséquences sur les recettes des régimes en diminuant le nombre de cotisants (chômage) et l’évolution du niveau des salaires ce qui aboutit à une diminution de la masse salariale sur laquelle sont prélevées les cotisations. Le résultat est que les régimes qui étaient équilibrés avec les transferts de l’AGFF et les réserves jusqu’au milieu des années 2020/2030 seraient en négatif dès 2019/2020.

Calendrier

Trois réunions, plus une supplémentaire si besoin, sont prévues d’ici fin mars : le 9 février, le 17 février, le 12 mars et le 23 mars.

Conclusion

La négociation s’annonce difficile. Difficultés aggravées par les effets de la crise sur nos marges de manœuvre.

L’essentiel pour la CFDT reste de rassurer les salariés en leur garantissant de pouvoir continuer de partir avant 65 ans sans abattements. La CFDT veut aussi donner aux salariés la perspective d’un niveau de retraite qui ne se dégrade pas en stabilisant le rendement des régimes (évolution dans les années à venir du prix d’achat d’un point).

Source : Infos rapides CFDT n°8 du 28 février 2009.

Le forum de cet article est clôturé.