UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Action internationale


Prendre l’avenir de l’Europe en main le 13 juin 2004


Tous les cinq ans depuis 1979, les citoyennes et les citoyens de l'Union européenne élisent au suffrage universel les députés qui constituent la seule assemblée des institutions européennes dont les membres sont élus par les peuples d'Europe.

Les prochaines échéances électorales européennes se situent entre le 10 et le 13 juin 2004 suivant les pays, leur constitution et leur tradition électorale. En France, c’est donc le dimanche 13 juin que toutes et tous de 18 ans et plus devront accomplir un acte de citoyenneté européenne.

Cette nouvelle étape dans la construction européenne prend, cette fois, une dimension historique et politique d’une grande importance, car elle sera précédée du 1er mai date à laquelle sera officialisé l’élargissement de l’Union européenne à 10 nouveaux Etats membres : Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, et République Tchèque.

Du 10 au 13 juin 2004 l’élection du Parlement européen va concerner 338 millions d’électeurs et d’électrices issus des 25 Etats membres de la famille européenne qui éliront les 732 députés européens qui représenteront pour un mandat de cinq ans 450 millions de femmes et d’hommes.

Pour une constitution européenne

Cette élection européenne va prendre une importance capitale par rapport à l’adoption du projet de Constitution qui a été élaboré par la Convention présidée par Valéry Giscard d’Estaing, et qui pour le moment n’a pas trouvé l’accord politique des Chefs d’Etats et/ou de gouvernements des 25 réunis en Conseil européen à Bruxelles en décembre dernier.

L’actuelle Présidence de l’Union assurée par l’Irlande jusqu’au 30 juin prochain s’évertue à trouver les compromis utiles pour obtenir l’adoption de cette Constitution qui est le résultat équilibré d’un travail de 18 mois de débats, de confrontations, de réflexions et de compromis acceptés très majoritairement par les 105 Conventionnels et leurs suppléants parmi lesquels se trouvaient des représentants du Parlement européen et des Parlements nationaux.

Les enjeux et repères pour déterminer le vote de chacun et chacune lors de ces élections est d’apporter son suffrage sur des femmes et hommes qui clairement se sont engagés pour l’adoption de la Constitution européenne.

C’est aussi l’occasion d’envoyer un signal fort aux Chefs d’Etats et de Gouvernements pour leur faire savoir, par la composition politique du Parlement européen, que les citoyens et les citoyennes attendent de leurs représentants que ceux-ci agissent pour réunir les conditions afin que l’Europe à 25 puisse fonctionner, intervenir en Europe et dans le monde sur des bases politiques et juridiques claires permettant à tous de se doter d’un bien commun que doit être la Constitution européenne.

Répartition des sièges en France

En France il s’agira d’élire 78 députés répartis dans 8 circonscriptions : Nord-Ouest : Nord/Pas de Calais, Haute et Basse Normandie, Picardie (12 sièges) ; Ouest : Bretagne, Pays de Loire, Poitou-Charentes (10 sièges) ; Sud-Ouest : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon (10 sièges) ; Ile de France (14 sièges) ; Massif Central-Centre : Centre, Limousin, Auvergne (6 sièges) ; Est : Lorraine, Champagne-Ardenne, Bourgogne, Alsace, Franche-Comté (10 sièges) ; Sud-Est : Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse (13 sièges), Départements et Territoires d’Outre-Mer (3 sièges).

Les familles politiques

Une fois élus, les parlementaires européens se répartissent non par nationalité, mais en groupes politiques en fonction des listes sur lesquelles ils ont été élus. Actuellement et par ordre quantitatif, les deux groupes les plus importants sont celui du Parti Populaire européen (démocrates-chrétiens et démocrates européens - PPE-DE- et celui du Parti des Socialistes européens (PSE). Ils détiennent à eux seuls la majorité absolue de l’assemblée plénière. Le siège officiel du Parlement européen est fixé à Strasbourg. Il se réunit à raison

Participer indirectement à l’élection

L’actuelle Commission européenne présidée par l’italien Romano Prodi va terminer son mandat à l’automne prochain.

Voici le déroulement de la mise en place de la future Commission européenne composée de 25 membres :
- 1er mai 2004 prise de fonction des 10 nouveaux Commissaires européens -à titre de Commissaires stagiaires-.
- 10 au 13 juin, élection au suffrage universel des Membres du Parlement européen.
- juin 2004, réunion du Conseil européen (institution réunissant les Chefs d’Etats et/ou de gouvernement des 25 pays membres de l’Union) qui devront se mettre d’accord sur le nom du ou de la futur(e) président(e) de la Commission européenne.

Une fois cette personnalité désignée, elle présentera devant le nouveau Parlement européen ses orientations, ses priorités, sa vision de l’Union etc. et à l’issu d’un débat les Parlementaires devront ratifier ou non la personnalité proposée par les Chefs d’Etats et/ou de gouvernement.

Chacun et chacune aura, espérons le, pris conscience de l’importance de participer activement à l’élection de ses membres, tout d’abord en agissant contre l’abstention, ensuite en se positionnant en pensant que la majorité qui sera constituée à la sortie des urnes sera déterminante sur les orientations politiques, financières, économiques, sociales et démocratiques de l’Union pour les cinq années à venir et aussi pour la détermination du futur ou de la future Président(e) de la Commission européenne.