Actu revendicative


Quatres points chauds


Un lieu ouvert ! La maison de retraite est un lieu ouvert. Des familles, des bénévoles et des associations participent à des animations. L’intergénérationnel est essentiel. Des classes d’écoles rendent visite aux anciens, chantent avec eux. Des emplois d’avenir et des jeunes en service civique (1) découvrent les métiers et les apports du grand âge.

Des professionnels compétents. Le secteur emploie 400 000 salariés, surtout des femmes. Les postes sont variés : du directeur aux auxiliaires de vie, de l’infirmier coordinateur au diététicien, des aides-soignantes aux personnels de cuisine, tous se retrouvent au service de la personne.

Des conditions de travail trop souvent dégradées. Lombalgies, chutes, stress, mauvaise organisation du travail, formations ou équipements insuffisants ou inadaptés…, les conditions de travail entraînent un mal-être, avec un nombre d’accidents du travail deux fois supérieur à la moyenne nationale. L’absentéisme et la précarité sont élevés. Les rémunérations ne sont pas à la hauteur (2).

Le conseil de la vie sociale (CVS) méconnu. 88 % des résidents ne savent pas ce qu’est le CVS. Les familles ignorent souvent son existence et son intérêt. C’est pourtant une instance légale de consultation et de dialogue qui rassemble les résidents, les familles, le personnel et la direction. Il intervient sur toutes les questions relatives au fonctionnement de l’établissement pour la qualité de vie des résidents. La CFDT Retraités a mis en place une formation et anime un réseau national des CVS.

(1) “Passeurs de mémoire » avec les jeunes et les anciens, www.uniscite.fr /missions-service-civique/lien-intergenerationnel-devenir-passeur-memoire
(2) conditions-de-travail-prevention-tms-maisons-retraite-www.aractidf.org