Nos droits


Que savoir sur les produits bio ?


Continuons notre examen sur les signes de qualité pour nos emplettes et le contenu de nos assiettes. Aujourd’hui, nous vous proposons de manger bio.

Les principes de l’agriculture bio impliquent :
. des cultures sans pesticides chimiques ni traitement chimique après récolte ;
. une alimentation des animaux d’élevage majoritairement composée d’herbes et de céréales, produite sans pesticides chimiques dans une exploitation bio de la même région ;
. un recours limité aux traitements vétérinaires et aux médicaments ;
. le bien-être des animaux garanti par un espace minimal et un accès au plein air ;
. une interdiction des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans le produit final au-delà du taux de 0,9 % toléré en cas de contamination fortuite.

La marque AB est propriété du ministère chargé de l’agriculture. C’est une marque officielle française. Elle est attribuée aux producteurs qui en font la demande par le canal d’organismes certificateurs agréés par l’État (ici Ecocert, Agrocert). En cas de non-respect du cahier des charges, des actions correctives sont réclamées… S’il n’y a pas de résultat, la marque est retirée du produit concerné.

Avec le nouveau règlement de l’Union européenne, cette marque est peu à peu remplacée par le label européen d’Agriculture biologique (ou Eurofeuille). C’est aussi un label officiel. Il est obligatoire depuis juillet 2010 sur les étiquettes des produits alimentaires préemballés originaires des États membres, mais reste facultatif pour les produits issus de l’importation qui affichent un label local.

Chaque État a mis en place un système de contrôle annuel comprenant un audit de la documentation commerciale, de gestion du cheptel, des soins vétérinaires, un prélèvement d’échantillons, une vérification des conditions de vie des animaux, une inspection des champs… En cas de non-respect, la sanction est la même que celle de la marque AB.

À noter, une différence importante avec AB : le règlement européen autorise la mixité des exploitations. Un même agriculteur peut à la fois produire du bio et du non-bio dans une même ferme. Nous en reparlerons.

Georges Goubier